Sept Jutra, dont celui du meilleur film

Monsieur Lazhar triomphe à la maison

Première publication 11 mars 2012 à 23h05
<i>Monsieur Lazhar</i> triomphe à la maison
Crédit photo : Agence QMI
Agence QMI

Monsieur Lazhar a remporté sept prix dimanche soir lors de La 14e soirée des Jutra, qui avait lieu au Théâtre St-Denis, à Montréal.

En plus de la statuette du meilleur film, le long métrage a été salué pour sa réalisation et son scénario, deux prix destinés directement à Philippe Falardeau, qui, en plus de réaliser Monsieur Lazhar, en a adapté l'histoire à partir de la pièce d'Évelyne de la Chenelière.

Les jeunes Sophie Nélisse, 11 ans, et Émilien Néron, 13 ans, débutent leur carrière sur les chapeaux de roue.

En plus d'avoir joué dans une production qui était en lice pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère le mois dernier et qui a remporté cinq prix Génie jeudi à Toronto, Sophie et Émilien sont repartis, respectivement, avec les prix de la meilleure actrice de soutien et du meilleur acteur de soutien pour Monsieur Lazhar, qui a complété sa récolte avec le trophée de la meilleure musique originale, attribué à Martin Léon, et celui du meilleur son.

La Française Vanessa Paradis a remporté le prix de la meilleure actrice pour son travail dans Café de Flore, de Jean-Marc Vallée, film qui a aussi été décoré pour la direction artistique (Patrice Vermette) et la photographie (Pierre Cottereau).

Le prix du meilleur acteur est allé à Gilbert Sicotte, qui campe un vendeur d'automobiles vieillissant dans une ville mono-industrielle sur fond de crise économique, dans Le vendeur.

Le film qui a remporté le plus de succès au box-office québécois, Starbuck, a dû se contenter de Jutra-Billet d'or - Cineplex, une récompense qui était déjà connue.

Incendies, de Denis Villeneuve, qui s'était couvert de gloire l'an dernier aux Jutra en remportant neuf prix, a ajouté un an plus tard la statuette du film s'étant le plus illustré à l'extérieur du Québec.

Les prix restants ont été répartis entre trois longs métrages : Snow and Ashes (meilleur montage à Elisabeth Olga Tremblay), Pour l'amour de Dieu (meilleurs costumes à François Barbeau) et Gerry a mis la main sur deux Jutra (meilleur maquillage à Julie Casault et meilleure coiffure à Denis Parent).

Après avoir été un finaliste déçu (mais reconnaissant) aux Oscars à la fin février, Patrick Doyon a finalement gagné chez lui le prix du meilleur documentaire d'animation pour Dimanche.

Le trophée du meilleur documentaire a été attribué à Philippe Lesage pour Ce coeur qui bat, alors que Trotteur, d'Arnaud Brisebois et Francis Leclerc, a été crédité du titre de meilleur court ou moyen métrage.

La cinéaste, scénariste et comédienne Paule Baillargeon a reçu, tel qu'annoncé, le Jutra-Hommage, saluant sa longue et riche carrière devant et derrière la caméra.

Pour la deuxième année consécutive, Sylvie Moreau et Yves Pelletier animaient le gala, qui était diffusé sur les ondes de Radio-Canada. Pour la première fois, des cinéphiles ont pu côtoyer les vedettes et politiciens réunis sous le même toit pour célébrer le cinéma québécois.


Les lauréats de La 14e soirée des Jutra :

Meilleur film : Monsieur Lazhar

Meilleure réalisation : Philippe Falardeau, Monsieur Lazhar

Meilleur scénario : Philippe Falardeau, Monsieur Lazhar

Meilleure actrice : Vanessa Paradis, Café de Flore

Meilleur acteur : Gilbert Sicotte, Le vendeur

Meilleure actrice de soutien : Sophie Nélisse, Monsieur Lazhar

Meilleur acteur de soutien : Émilien Néron, Monsieur Lazhar

Meilleure direction artistique : Patrice Vermette, Café de Flore

Meilleure direction de la photographie : Pierre Cottereau, Café de Flore

Meilleur montage : Elisabeth Olga Tremblay, Snow and Ashes

Meilleur son : Pierre Bertrand, Mathieu Beaudin, Sylvain Bellemare, Bernard Gariépy Strobl, Monsieur Lazhar

Meilleurs costumes : François Barbeau, Pour l'amour de Dieu

Meilleur maquillage : Julie Casault, Gerry

Meilleure coiffure : Denis Parent, Gerry

Meilleure musique originale : Martin Léon, Monsieur Lazhar

Meilleur documentaire : Ce coeur qui bat, Philippe Lesage

Meilleur film d'animation : Dimanche, Patrick Doyon

Meilleur court ou moyen métrage : Trotteur, Arnaud Brisebois et Francis Leclerc

Film s'étant le plus illustré à l'extérieur du Québec : Incendies, Denis Villeneuve

Jutra-Billet d'or - Cineplex : Starbuck

Jutra-Hommage : Paule Baillargeon

 

La réaction des gagnants

Voici des réactions de gagnants de La 14e soirée des Jutra et d'autres artisans présents au Théâtre St-Denis, dimanche soir, à Montréal.

Jutra-Hommage - Paule Baillargeon : « On croit toujours qu'on est trop jeune pour recevoir un prix hommage! Mais au fond, je ne suis pas trop jeune. Comme il a été dit, ça n'a pas toujours été facile. On était très peu nombreuses, peu comprises, et il y avait peu de désir de nous voir nous exprimer, nous, les femmes. C'est comme si les temps étaient en train de changer. On nous dit qu'on ne travaille pas dans le vide et que ça signifie quelque chose. »

À propos de Trente tableaux, son film autobiographique qui sortira sous peu : «Le film n'est pas encore en salle; il le sera dans quelques jours. À la suite de ça, il y aura probablement une exposition de mes dessins. Pendant plusieurs mois encore, je vais accompagner le film et après... Moi, je ne force pas les projets. Les choses viennent à moi, et c'est très important qu'elles durent plus qu'une semaine.»

Meilleur film - Monsieur Lazhar, Luc Déry producteur de Micro_Scope : «Monsieur Lazhar est un film de compassion et d'humanité. Je pense qu'on peut, comme Bashir Lazhar, réaliser qu'on ne sait jamais de qui on peut avoir besoin.»

Meilleur acteur - Gilbert Sicotte, Le vendeur: «C'est mon premier prix pour le cinéma. J'en suis tout troublé et très heureux. L'écriture m'a permis de vivre ce personnage dans tous ses moments. Il y avait aussi le défi d'incarner l'invisible, car souvent il n'y a rien sauf ce qu'il vit. C'était très intéressant.»

Meilleure actrice - Vanessa Paradis, Café de Flore. Jean-Marc Vallée est venu chercher le prix décerné à Vanessa Paradis : « Elle était à Los Angeles et elle vient tout juste de partir pour le Japon. Il faut qu'on coordonne nos horaires pour que je lui remette son prix en mains propres. «La première fois (que je l'ai rencontrée), j'étais un peu indécis, car je la trouvais trop belle, elle représentait trop de beauté et de sensualité. Je l'ai rencontrée, mais ça n'a pas fonctionné entre nous. Ensuite, elle a lu le scénario et on s'est parlé au téléphone. C'est là que j'ai vraiment eu le coup de foudre » Jean-Marc Vallée a révélé qu'il travaille d'ailleurs actuellement sur un nouveau projet avec Vanessa Paradis.

Meilleur acteur de soutien - Émilien Néron, Monsieur Lazhar: «Avoir un Jutra pour moi, c'est comme si le Canadien gagnait la Coupe Stanley. Je voulais vraiment remercier Félix Ross, ma coach. J'avais souvent des fous rires au début et elle m'a beaucoup aidé.» Du haut de ses 13 ans, Émilien Néron tient fermement à retravailler avec Philippe Falardeau. Il l'a encore répété en salle de presse. «Philippe est vraiment le «fun» avec les enfants. On avait plein de questions à lui poser durant le tournage et il nous répondait toujours correctement. En plus, on a été aux Oscars grâce à lui. C'est un très bon réalisateur»

Meilleure actrice de soutien - Sophie Nélisse, «Monsieur Lazhar : « Je suis très contente, c'est cool d'avoir gagné ce prix Jutra. Je suis encore surprise. J'avais vraiment les jambes qui tremblaient lorsque j'étais sur scène. J'étais super contente pour Émilien (meilleur acteur de soutien) »

Meilleur film d'animation - Patrick Doyon, Dimanche : « Je ne vois pas ce Jutra comme une revanche sur les Oscars. Je n'étais pas un des favoris aux Oscars et j'anticipais déjà de ne pas l'avoir. Je pense que ce prix ce soir peut m'ouvrir des portes et faciliter les choses, mais on va voir ça dans les prochaines années. Pour le moment, je fais principalement de l'illustration, mais plus tard dans l'année, je vais commencer à travailler sur un nouveau script.»

Meilleure direction de la photographie - Pierre Cottereau, Café de Flore: « Le film était complexe, il y avait plusieurs époques et Jean-Marc (Vallée) nous laisse travailler avec une grande liberté artistique. Il n'aime pas quand la technique prend trop de place. Il veut travailler à l'énergie, sans que ça soit lourd. C'est un réalisateur extrêmement intelligent, qui a une grosse énergie. »

Meilleur documentaire - Philippe Lesage, Ce coeur qui bat :  «J'étais moi-même patient à l'hôpital et ça a brisé les préjugés que j'en avais. Le milieu est toujours associé aux problèmes, à la maladie, à la mort. En étant patient, j'ai trouvé que c'était un milieu plein de vie où s'activent aussi bien les patients qui sont en lutte et très fébriles, et le personnel hospitalier qui fait des miracles avec pas grand chose. Je ne fais pas de documentaire pour dénoncer, je suis plus proche de la vieille école. Je fais un cinéma qui s'intéresse à l'humain, qui observe la vie comme elle est, en essayant de me retirer le plus possible. Mon film est un poème sur la vie et sur les gens.»

Meilleure musique originale - Martin Léon, Monsieur Lazhar: «Philippe Falardeau est venu me voir en me disant qu'il ne voulait pas de musique de film, ça commençait mal. Il m'a dit qu'il voulait surtout une mélodie qui soit immédiatement reconnaissable. J'ai adoré travailler avec lui, c'est un être brillant, juste et calme. Je vais travailler sur la musique des images de la nouvelle expédition de Jean Lemire, et je serais aussi en «show» à la fin de l'année avec les chansons de mon dernier album, Les atomes

Meilleur court ou moyen métrage - Francis Leclerc et Arnaud Brisebois - Trotteur. Francis Leclerc : «Je pensais peut-être refaire des court-métrages un jour, mais de là à gagner un Jutra avec ça, jamais. Habituellement, c'est difficile, mais des court-métrages, j'en ai fait 40. Ç'a toujours été un plaisir, j'en ai fait pendant 10 ans.»

Caroline Dhavernas : «Les médias disent souvent que je suis à New York, c'est vrai, mais je ne suis jamais réellement partie. J'habite au Québec. Je vais d'ailleurs tourner dans le film Mars et avril, avec Jacques Languirand, Paul Ahmarani, Robert Lepage et moi même. C'est un film de science fiction qui va sortir à l'automne. »

Kevin Parent : «C'est ma première fois au gala des Jutra, mais ça fait partie du travail. Il y a aussi plein d'opportunités pour rencontrer des gens créatifs qui sont dans ce milieu. Il y a d'autres idées de projet de cinéma pour moi, mais rien de concret pour le moment. Par contre, je suis en période d'écriture pour un prochain album.»

Philippe Falardeau : «La pression aux Oscars était d'un autre ordre, j'avais l'impression qu'on avait déjà accompli quelques chose seulement en se rendant là-bas. J'ai eu le privilège depuis le mois d'août d'aller dans plusieurs festivals et de remporter des prix. Je souhaite que, ce soir, tout le monde en reçoivent. Mais si on devait n'en recevoir qu'un seul, je voudrais que ce soit celui pour les enfants qui jouent dans mon film.»

Denis Villeneuve : «Je trouve important que le cinéma québécois sorte à l'extérieur de nos frontières. Le cinéma coûte cher, et la seule façon de rentabiliser nos films, c'est de les vendre à l'étranger, mais on ne peut pas faire un film en fonction de ça.»

Luc Déry, de Micro_Scope : «Incendies est sorti en salle de façon assez majeure au Japon, en France, ç'a été un gros succès aux États-Unis... À un moment donné, on reçoit des affiches japonaises du film, par exemple. C'est un peu étrange comme phénomène. »

Mylène Saint-Sauveur : «On ne fait jamais ça pour les prix, mais je suis un peu déçue que Sur le rythme n'ait pas obtenu de nomination pour la musique. Je sais que Mario Sévigny a travaillé très fort pour composer les musiques originales. Mais je suis contente qu'on ait eu le meilleur montage.»

Madeleine Péloquin : «Je suis enceinte de sept mois et ce sera une petite fille. On ne sait pas encore comment elle s'appellera; on est un petit peu à la dernière minute là-dessus!»

Céline Bonnier (qui portait un carré rouge en appui aux étudiants massés à l'extérieur) : «L'avenir est dans la pensée, la réflexion, l'éducation. Il faut faciliter la tâche à ceux qui ont déjà beaucoup d'ouvrage, les appuyer.»

 

 

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.