Webfilm

Huard, Canuel et Senécal en pleine fusion

Première publication 12 novembre 2012 à 08h35
Huard, Canuel et Senécal en pleine fusion
Crédit photo : archives Agence QMI
Par Catherine Chantal-Boivin | Agence QMI

S'ils ont déjà travaillé ensemble sur des plateaux de tournage, Patrick Huard, Érik Canuel et Patrick Senécal n'auraient pas cru qu'ils allaient un jour unir leurs forces pour réaliser un webfilm. C'est pourtant ce qu'ils viennent d'accomplir.

«Sur les traces de la fusion» est le tout premier webfilm québécois en trois actes, mené par trois réalisateurs différents.

Le projet est une initiative de TVA, qui voulait réunir des réalisateurs de renom pour concevoir un film entourant le lancement de la nouvelle Ford Fusion 2013. Chacun d'entre eux s'est vu confier la réalisation d'une partie du récit. Patrick Huard a réalisé le commencement, Patrick Senécal, le centre de l'histoire, et Érik Canuel, la finale.

Quand on a lancé le défi à Érick Canuel, il a immédiatement été inspiré par l'expérience.

«J'étais intrigué de voir ce que ça pourrait donner de faire un film en trois épisodes, avec trois réalisateurs aux styles complètement différents les uns des autres», a raconté le réalisateur, rencontré lors du tournage du dernier acte qui se déroulait dans une fourrière de voitures.
Retrouvailles de «vieux chums»

Érik Canuel n'a que de bons mots pour ses deux collègues dans cette aventure. «Le segment de Patrick Huard sera certainement très drôle, teinté de cynisme. De son côté, Patrick Senécal est un réalisateur brillant qui va nous plonger dans un univers sordide et mystérieux», a-t-il précisé.

Celui qui a dirigé à plusieurs reprises Patrick Huard, comme dans Nez Rouge, Bon Cop Bad Cop et Cadavres, était également très heureux de retrouver son vieil ami.

«La première réunion a vraiment été très chaleureuse. C'est un gars extrêmement intelligent qui a un souci profond de créer un produit de qualité et j'étais content de retravailler avec lui», a dit Érik Canuel.

Le plus gros obstacle auquel ont dû faire face les trois coéquipiers, c'est le manque de temps. En l'espace de deux semaines, ils ont dû écrire les dialogues selon un synopsis déjà établi et choisir les acteurs.

Les réalisateurs disposaient ensuite de deux jours chacun pour effectuer le tournage de leur segment respectif. «Tourner en si peu de temps un thriller d'action et d'espionnage, c'était ambitieux», a mentionné Érik Canuel.

Thriller moderneL'histoire est celle de Lucas, un jeune homme au passé trouble qui est fanatique d'électronique et de mécanique. Il fait la rencontre de Jade, la femme de ses rêves qui est à la fois douce et rebelle.

Le jeune mécano sera contacté pour modifier un véhicule dans lequel se cachent de précieux secrets d'État. C'est à ce moment que les deux amants seront entraînés dans une course frénétique de 48 heures à laquelle se mêleront des bandits aux mauvaises intentions.

La finale aura certainement un style assez «trash», signature d'Érik Canuel. C'est d'ailleurs pourquoi la dernière scène a été tournée dans une fourrière remplie de carcasses de voitures, certaines brûlées, d'autres éventrées. C'est dans ce décor que le héros va tenter de tendre un piège aux truands qui le poursuivent.

Si Érik Canuel a accepté le projet, c'est entre autres parce que c'est la créativité qui est mise à l'avant-plan et non la publicité. «Ce n'est pas une publicité traditionnelle dans laquelle on vante les qualités du véhicule. On crée une histoire dont fait partie l'automobile, mais le film ne tourne pas autour des caractéristiques de la voiture», a précisé le réalisateur.

Le premier tiers du film, réalisé par Patrick Huard, sera mis en ligne le 30 novembre prochain, sur le site web surlestracesdelafusion.ca.

Les internautes pourront ensuite assister à la deuxième partie de l'intrigue vue par Patrick Senécal, dévoilée le 7 décembre. Le dénouement d'Érik Canuel sera finalement présenté le 14 décembre prochain.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.