Entre 4 et 5 milliards de pertes

«Fiasco majeur» chez Hydro-Québec

Première publication 13 juillet 2012 à 13h19
«Fiasco majeur» chez Hydro-Québec
Crédit photo : archives Agence QMI
Par Charles Lecavalier | Agence QMI

Les erreurs d'évaluation des besoins énergétiques du Québec coûteront cher aux contribuables. Selon l'Union des consommateurs, Hydro-Québec achètera près de 4,5 milliards $ d'énergie en cours des 10 prochaines années alors même que la société d'État est en surproduction et exporte à perte aux États-Unis.

De 2003 à 2012, Hydro-Québec Distribution (HQD) a dû revoir à la baisse ses estimations de consommation. «Mais HQD signe des contrats à long terme pour son approvisionnement. Elle a acheté près de 80 TWh de trop jusqu'en 2020, ce qui pourrait causer des pertes évaluées entre 4 et 5 milliards $», dit Jean-François Blain, analyste indépendant du secteur de l'énergie, qui porte ce dossier pour le compte de l'Union. Il qualifie cette erreur de «fiasco majeur

Hydro-Québec Distribution dispose d'un bloc patrimonial - destiné à l'usage des Québécois - de 179 TWh par année. Toute électricité supplémentaire doit être obtenue par appels d'offres supervisés par la Régie de l'énergie.

Pour pourvoir à ces besoins, HQD se base sur sa planification à long terme. Mais cette planification n'a pas prévu la diminution significative de la consommation industrielle, entre autres.

1 milliard pour TCE

L'exemple de l'entreprise Trans-Canada Energy, qui reçoit près de 200 millions $ par année de fonds publics pour ne pas produire d'électricité, avait mis le gouvernement libéral dans l'embarras ce printemps.

«À elle seule, la suspension des livraisons de Trans-Canada Energy au cours des 5 dernières années a déjà entraîné des coûts de près de 1 G$ que les clients québécois de HQ ont épongés à même leur facture d'électricité», explique M. Blain. «Mais ce n'est que la pointe de l'iceberg», prévient-il.

Par exemple, HQD a signé plus de 20 contrats d'approvisionnement d'un total de 72 TWh d'énergie éolienne d'ici 2020. M. Blain reconnait que les difficultés de planification d'HQD sont en partie reliées à la volatilité du contexte économique, mais déplore « l'absence d'imputabilité d'Hydro-Québec. »

Le gouvernement responsableSelon M. Blais, Hydro-Québec n'est pas seule responsable de son malheur. L'achat d'énergie par biomasse ou éolienne résulte de décrets ministériels. « Hydro-Québec n'est que l'exécutant et la Régie de l'énergie n'a pas vraiment son mot à dire, c'est le gouvernement qui décide », dénonce ce dernier.

Au moment d'écrire ces lignes, un appel d'offres public d'HQD visait à «l'augmentation à 300 MW» de la quantité d'énergie en vertu du programme d'achat d'électricité par biomasse forestière résiduelle.

«Nous n'avons pas besoin de cette énergie. C'est une autre perte de 175 millions par année à partir de 2016», a-t-il ajouté.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.