Manifestation à Baie-Comeau

La section locale 2000 d'Hydro revient à la charge

Première publication 15 novembre 2012 à 18h12
La section locale 2000 d'Hydro revient à la charge
Crédit photo : Sandré Célant, Agence QMI
Par Sandré Célant | Agence QMI

Pour une deuxième fois en quatre jours, les membres du syndicat des employé-e-s de techniques professionnelles et de bureau d'Hydro-Québec à Baie-Comeau ont effectué une manifestation publique, jeudi midi.

Après une première sortie officielle lundi matin, les travailleurs et travailleuses de la section locale 2000 SCFP-FTQ sont revenus à la charge pour contester de nouveau les mouvements de compression de personnel mis de l'avant par la Société d'État.

Le discours des employés n'a pas changé et ceux-ci déplorent des actions préconisées par l'entreprise au cours des dernières semaines. Des actions qui pourraient éventuellement aboutir à des abolitions de postes sur la Côte-Nord et des centralisations vers les grandes villes.

«Le problème dans tout cela, c'est que l'on en sait rien de la part d'Hydro qui agit sans nous parler ou même nous aviser de quoi que ce soit, a indiqué Mario Desjardins, président de la Section locale dans Manicouagan. On pose des gestes à gauche et à droite et l'impact est très négatif sur le roulement des opérations de raccordement.»

Contestations

Tout en précisant que les contestations effectuées sont parfaitement légales et tenues sur les heures libres des employés, le président souhaite ardemment avoir un discours précis avec les dirigeants.

«Je n'ai pas encore vu de documents écrits, mais plusieurs employés ont été avisés par leurs supérieurs qu'il y aurait des changements majeurs, a déploré le porte-parole qui supervise environ 109 personnes actives dans les postes de Sept-Îles, Forestville et Baie-Comeau. Ils vivent présentement dans l'insécurité et l'angoisse.»

Ces sorties publiques ont aussi le mandat de sensibiliser et informer les élus et la population sur cette situation de tension. Les députés péquistes Marjolain Dufour (René-Lévesque) et Lorraine Richard (Duplessis) ont d'ailleurs assuré les syndiqués qu'ils enverraient des messages clairs à qui de droit.

Façons de faire

«Il y a sûrement d'autres façons de faire pour gérer la situation. Tout ce que l'on souhaite, c'est de pouvoir échanger, trouver des idées communes pour améliorer le contexte actuel», a enchaîné Mario Desjardins qui souhaite voir la région conserver ses employés de métiers, mais également de bureau.

Au Québec, la section locale 2000 dispose d'environ 4800 travailleurs. D'autres manifestations ont été signalées, jeudi matin, dans plusieurs régions de la province.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.