62 postes abolis

Réorganisation dans les hebdos de Transcontinental

Première publication 29 janvier 2013 à 19h50
Réorganisation dans les hebdos de Transcontinental
Crédit photo : archives Agence QMI
Par Carl Renaud | Agence QMI

Le géant des médias Transcontinental va de l'avant avec une réorganisation dans la structure de ses hebdomadaires qui devrait engendrer la mise à pied de quelques dizaines d'employés.

En tout 62 postes seront abolis. Une vingtaine de cadres seront touchés par ces compressions ainsi que du personnel de bureau. Environ 50 autres employés seront affectés à d'autres tâches lors des prochains mois.

Aucun journaliste des différentes salles de nouvelles des hebdomadaires de Transcontinental n'est touché par cette réorganisation, a confirmé le groupe de presse.

Selon Transcontinental, cette restructuration était devenue primordiale après la fusion de la distribution et du secteur de l'information (Public-Sac et les Hebdos).

«On a adapté nos structures de fonctionnement suite à la fusion pour faire face à ces nouveaux enjeux, a affirmé Serge Lemieux, vice-président de Transcontinental Média en entrevue. C'est normal lorsqu'on fait une synergie: il y a des doublons et il fallait revoir notre structure.»

Selon M. Lemieux, il ne s'agit pas toutefois d'une réorganisation majeure, mais surtout d'un brassage de cartes rendu nécessaire.

«Nous avons 1500 employés au total, donc c'est certain qu'une infime partie de notre personnel est touché», a-t-il affirmé.

En raison de la structure multiplateforme mise de l'avant à l'instar d'autres médias, Transcontinental a aussi revu les fonctions de sa salle de nouvelles.

«Le poste d'éditeur dans les hebdos n'existe plus, a souligné M. Lemieux. Il y a maintenant des directeurs généraux qui eux vont s'occuper de la publicité. Avant les journalistes relevaient de l'éditeur, mais là ils seront sous la responsabilité de chefs de nouvelles. Donc, on sépare très bien l'information et la publicité.»

Selon lui, cette réorganisation est bien accueillie à l'intérieur de l'entreprise malgré les mises à pied.

«Ce qu'on en comprend, c'est que les journalistes sont satisfaits, car on va voir plus de synergie et plus d'entraide à l'intérieur de ce modèle», a dit M. Lemieux.

Tout comme plusieurs groupes de presse, les journalistes sont aussi appelés à produire des contenus pour plusieurs plateformes.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.