Sherbrooke

Premières arrestations en vertu de la loi spéciale

Première publication 22 mai 2012 à 11h07
Mise à jour : 22 mai 2012 à 12h34
TVA Nouvelles selon AFP

Les premières arrestations en lien avec la loi spéciale ont eu lieu dans la nuit de lundi à mardi, a confirmé la police de Sherbrooke.

En tout, 36 manifestants ont été arrêtés et risquent des amendes qui pourraient atteindre jusqu'à 5000$. Le tout s'est toutefois déroulé dans le calme, alors que les marcheurs se sont assis sur la voie publique en attente d'être arrêtés.

Rapidement, la centaine de protestataires ont été avertis que leur marche était déclarée illégale par les forces de l'ordre.

«Dès le départ, nous n'avons eu aucune collaboration des participants, aucun responsable n'était sur place, aucun trajet ne nous a été remis», a expliqué un porte-parole de la police de Sherbrooke.

La loi 78, adoptée vendredi à l'initiative du gouvernement de Jean Charest, encadre le droit de manifester en obligeant les organisateurs de manifestations à remettre leur trajet aux forces policières.

Lundi, la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale indiquait qu'elle ne se soumettrait pas à la loi. Le message a été repris en substance par des manifestants qui ont participé à la marche du 21 mai dans les rues de Sherbrooke.

«Je fais encore une fois appel à la désobéissance civile, c'est-à-dire à une forme de désobéissance et de protestation publique, pacifique, rationnelle et volontaire par laquelle nous assumons entièrement les sanctions prévues pour une telle infraction», a déclaré l'un d'entre eux.

Une grande manifestation nationale pour souligner les 100 jours du conflit étudiant doit se tenir dès 14h sur la Place des festivals.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.