Joe Di Maulo assassiné

Une vengeance de Vito Rizzuto?

Première publication 5 novembre 2012 à 10h04
Mise à jour : 5 novembre 2012 à 14h26
TVA Nouvelles

L'assassinat de Joseph Di Maulo, l'un des hommes forts de la mafia montréalaise, porte-t-il la signature de Vito Rizzuto dont il a été un proche durant plusieurs années?

L'expert en enquêtes policières de TVA Nouvelles, Richard Dupuis, le croit. «Il [Di Maulo] n'a rien fait pour protéger les acquis de Vito, s'il n'a pas participé lui-même à décapiter son réseau et sa famille».

«Vito est en mode guerre. La vengeance est un plat qui se mange froid»

Pendant l'incarcération de Vito Rizzuto au pénitencier de Florence au Colorado son père, Nicolo, et son fils aîné, Nick, ont été abattus. Dans l'intervalle, son beau-frère, Paolo Renda, a été enlevé. De plus, la mafia calabraise — 'Ndrangheta — a étendu ses tentacules canadiens affaiblissant du coup l'immense pouvoir du parrain montréalais de retour au pays depuis le 5 octobre.

Et Di Maulo, 70 ans, n'aurait plus été aussi proche du Sicilien que par le passé. «C'est possible que Vito ait exercé sa vengeance, que Di Maulo ait commis une faute grave, qu'il en ait payé de sa vie. Je doute que son meurtre vienne d'une autre faction du crime organisé», avance l'ancien commandant des crimes majeurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Joseph «Joe» Di Maulo (Photo archives TVA Nouvelles)

Retour de Vito

Vito Rizzuto n'aurait pas perdu de temps en un mois. L'homme de 66 ans logerait au centre-ville de Montréal et se déplacerait dans un véhicule blindé. Il serait à ourdir la vengeance des siens.

«Il n'est pas pour demeurer en ville comme une proie. On a tué son père, son fils et enlevé son beau-père, il est en mode guerre. La vengeance est un plat qui se mange froid», soutient Richard Dupuis.

Jeune caïd dans les années 70, le Calabrais Di Maulo frayait avec le clan Cotroni renversé par les Rizzuto. Di Maulo s'est alors allié aux Siciliens, passant des décennies dans le giron de Vito et du patriarche Nicolo tout comme l'homme d'affaires Raynald Desjardins, beau-frère de Di Maulo. Les Rizzuto règneront sur la mafia au pays durant 30 ans.

Nouvelles alliances

En 2005, un grand ami de Raynald Desjardins est abattu. Ce dernier est atterré par la mort de son protégé Giovanni Bertolo qu'il imputerait à l'absence de protection de Vito Rizzuto. Des alliances se nouent et s'accélèrent à la mort de Nicolo Junior en décembre 2009.

Desjardins, Di Maulo, Vittorio Mirarchi, Salvatore Montagna alias Sal The Ironworker du clan new-yorkais des Bonanno et Domenico Arcuri souhaitent remplacer Vito. Mais les choses tournent au vinaigre. Desjardins et Montagna, de retour au Canada depuis peu, s'entredéchirent le pouvoir.

Le Québécois est victime d'une tentative de meurtre en septembre 2011 et Montagna est assassiné en décembre de la même année. Raynald Desjardins et ses présumés complices, dont Mirarchi, sont en attente de leur procès pour le meurtre de Montagna.

Un message?

Joe Di Maulo aurait reçu deux projectiles à tête dimanche soir dans le stationnement de sa cossue résidence de Blainville. L'auteur de Gangsters et hommes d'honneur: décoder la mafia y voit une scène de crime éloquente.

«Une transition se prépare au sien de la mafia montréalaise. Il y a deux ans, Nick Senior est abattu chez lui, et hier Di Maulo dans sa propre cour. Coïncidence? Message? Règlement de compte? Vengeance? On ne sait pas encore. Les membres du clan calabrais doivent être sur le qui-vive», suppose Pierre De Champlain.

En 1971, Di Maulo a été accusé d'un triple meurtre commis dans son club La Casa Loma. Condamné en première instance, il a été acquitté en appel.

Au cours des dernières années, Di Maulo aurait joué un rôle de consigliere (conseiller) auprès des nouveaux dirigeants du crime organisé.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.