Présumée secte de Marcel Pontbriand

«Jésus» lui «vole» ses petits-enfants

Première publication 12 novembre 2012 à 10h18
TVA Nouvelles

Sans nouvelles de ses deux petits-enfants et de ses fils qui seraient aux États-Unis avec le gourou allégué Marcel Pontbriand, un grand-père est inquiet pour leur sécurité.

Le grand-papa ne voit plus les gamins de quatre et six ans tout comme ses fils depuis au moins deux ans. «Il [Pontbriand] mes les a enlevés. La mère de mes fils a été avec Pontbriand durant deux ans en Arizona. [...] Elle a investi. Elle a quêté pour lui et a fait perdre de l'argent à des gens d'ici [Montérégie] Elle est sortie de là. Elle est revenue au Québec, il y a six mois ou un an», a raconté l'homme à Claude Poirier, lundi matin.

«L'un est avec sa conjointe, l'autre est seul avec les deux enfants. Celle de six ans ne va sûrement pas à l'école»

Selon lui, c'est son ex-femme qui aurait entraîné ses fils à quitter la province afin de suivre Marcel Pontbriand. «Ils m'ont appelé souvent [au début]. Ils m'ont engueulé pour que je leur prête de l'argent. Ils s'inventaient toute sorte de prétextes pour me soutirer de gros montants. Je ne leur ai jamais donné une cenne. Je leur ai dit: “Viens-t'en ici, je vais t'aider, mais pas là bas”», se remémore le grand-père.

Le fils aîné aurait dit à son père qu'il travaillait aux États-Unis, mais lui cachait que c'était pour Marcel Pontbriand. «Il ne voulait pas que ça se sache. Il avait un bon travail à Montréal, il a vendu sa maison, il a tout vendu. Sa vie a été anéantie complètement.»

Marcel Pontbriand (Photo gracieuseté)

Pontbriand armé

Pontbriand comme tout bon gourou se serait choisi un nom et pas n'importe lequel. «Il se fait appeler Jésus. Il a une arme, mais pas les autres», soutient le grand-papa.

Depuis plusieurs mois, ses deux fils ne seraient plus joignables. «J'ai été capable de les appeler pendant un an et demi, mais plus maintenant. L'un est avec sa conjointe, l'autre est seul avec les deux enfants. Celle de six ans ne va sûrement pas à l'école», s'inquiète le grand-papa.

Ce dernier demeure persuadé que ses fils et ses petits-enfants sont toujours à Tucson en Arizona où Pontbriand serait avec sa trentaine de disciples pour échapper à la fin du monde d'après ce que le groupe croit. Toutefois, Claude Poirier a appris qu'il pourrait avoir fui pour l'Oregon ou la frontière du Mexique. Des roulottes et du matériel auraient été abandonnés sur le terrain de la supposée secte.

SQ et DPJ

La Sûreté du Québec (SQ) et la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) se réuniraient mercredi toujours selon les informations du Négociateur puisque les Québécois qui seraient avec Marcel Pontbriand ont des enfants avec eux.

Pontbriand faisait des affaires à Beloeil en Montérégie avant d'entraîner ses ouailles à Tucson où il aurait trouvé refuge. En mai 2010, l'Autorité des marchés financiers (AMF) poursuivait celui «qui avait une approche de gourou» pour avoir détroussé de nombreux investisseurs de 650 000 dollars selon les chiffres avancés à l'époque.

En septembre dernier, par l'entremise de son avocat, Marcel Pontbriand a plaidé coupable à quelque 20 chefs d'accusations. Les plaidoiries sur la peine se dérouleront en avril prochain, mais l'AMF doute que l'accusé revienne au Québec.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.