Explosion à l'usine Neptune Technologies

Un fonds d'indemnisation mis en place

Première publication 12 novembre 2012 à 11h05
Mise à jour : 12 novembre 2012 à 17h39
TVA Nouvelles

La compagnie Neptune Technologies, dont l'usine de Sherbrooke a été soufflée par une explosion la semaine dernière, a fait le point en début d'après-midi et a réitéré ses condoléances aux familles et aux proches des victimes avant d'annoncer les mesures qui seront mises en place à la suite de la tragédie.

Le président et chef de la direction, Henri Harland, a notamment annoncé la création d'un fonds d'aide aux victimes.

«Ce fonds inclura de l'aide psychologique, des ressources humaines et de l'aide financière, bien entendu. Nous ferons tout ce qui sera nécessaire pour aider ceux qui sont dans le besoin suite à cet incident afin qu'ils puissent traverser cette difficile épreuve», a déclaré M. Harland.

La président et chef de la direction a ajouté que son entreprise travaillait de concert avec les autorités pour la suite des choses et que Neptune a l'intention de reprendre ses activités «à court terme».

Le nettoyage se poursuit

Pendant ce temps, les dirigeants et la CSST planifient la suite des opérations visant à nettoyer le site de la catastrophe qui a fait 3 morts.

Cette fin de semaine, de nouveaux risques d'explosion ont forcé la suspension de l'opération de nettoyage de l'usine. Les travaux ont toutefois repris ce matin.

Le site dévasté de l'usine Neptune Technologies. (TVA Nouvelles)

D'importantes quantités d'acétone, un solvant très inflammable, posaient un sérieux problème aux autorités qui tentaient de sécuriser les lieux.

«Pour ce qui est d'accéder au site puis voir ce qui est arrivé, la CSST parle d'utiliser des hélicoptères téléguidés avec des caméras pour être en mesure d'accéder à l'intérieur sans compromettre la sécurité de personne», a expliqué la porte-parole de la CSST, Julie Fournier.

Trois décès

Marc Couture, l'homme qui a succombé à ses blessures samedi soir, aurait accompli un dernier geste de bravoure en sauvant la vie de plusieurs personnes, selon son frère. Cet aide-opérateur à l'emploi de BRP, père de famille de 3 enfants, aurait eu le temps d'indiquer le chemin à plusieurs de ses collègues, à la suite de l'explosion.

M. Couture souffrait de brûlures sur plus de 90 % de la surface de son corps et était maintenu dans un coma artificiel, alors qu'il luttait pour sa vie depuis jeudi.

Les deux autres victimes de la tragédie sont Hernan Guerrero, 44 ans, et Abel Regaldo Calderin, 30 ans. Au Centre des grands brûlés de Montréal, l'un des trois blessés qui demeuraient encore inconscients a été sorti du coma artificiel hier.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.