Laval

Un deuxième incendie criminel cible Jean-François Taillefer

Première publication 15 novembre 2012 à 06h16
Mise à jour : 15 novembre 2012 à 08h58
Un deuxième incendie criminel cible Jean-François Taillefer
Par Marie-Andrée Gosselin | Agence QMI

Des incendiaires semblent s'acharner sur les propriétés d'un homme de Laval qui a dernièrement dénoncé une situation dans un reportage de l'émission J.E., alors qu'il a essuyé un deuxième incendie criminel en moins d'une semaine, tôt jeudi.

Cette fois, le feu est survenu au bureau de notaires Taillefer & Beaumont, situé sur le boulevard Saint-Martin Ouest. L'incendie s'est déclaré aux alentours de 2 h, a indiqué le lieutenant Michel Gagnon, de la police de Laval, avant d'ajouter que personne n'avait été blessé.

«Des indices trouvés sur la scène nous indiquent que c'est criminel», a dit M. Gagnon. «Même si l'incendie a été rapidement maîtrisé, des dommages importants ont été causés par l'eau, la fumée et le feu», a-t-il ajouté.

Lundi, le vignoble de M. Taillefer avait aussi été la cible d'incendiaires. Le feu avait alors pris naissance sur le mur extérieur d'un entrepôt, lequel ne renfermait aucune source électrique.

Le bâtiment de l'arrondissement de Sainte-Dorothée avait été partiellement ravagé par les flammes.

Tous ces événements sont survenus quelques jours après la diffusion, vendredi dernier, d'un reportage de l'émission J.E., sur les ondes de TVA.

Le reportage concernait les terres agricoles non exploitées. M. Taillefer y expliquait la spéculation entourant ces terrains et indiquait que certains spéculateurs n'exploitaient pas leurs terres en espérant qu'elles soient dézonées plus rapidement.

Mardi, la police n'avait pas confirmé que le reportage et l'incendie étaient liés, mais n'écartait pas l'hypothèse de l'intimidation.

«L'enquête sur le premier événement se poursuit et on va tenter de faire des liens entre les deux», a indiqué le lieutenant Gagnon, après le feu de jeudi.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.