Emilio Cordileone lié au crime organisé italien

Tué pour une dette de drogue?

Première publication 9 décembre 2012 à 12h37
Mise à jour : 9 décembre 2012 à 22h22
Agence QMI et TVA Nouvelles

Le meurtre d'Emilio Cordileone, cet homme lié au crime organisé italien qui a été retrouvé sans vie dans une voiture, samedi, dans le quartier Ahuntsic, à Montréal, pourrait faire suite à une dette de drogue, selon le spécialiste en enquêtes policières, Richard Dupuis.

«Présentement, on est trop rapide à sauter aux conclusions que c'est lié à Vito Rizzuto, a souligné M. Dupuis. Tout porte à croire que ça pourrait être une dette de stupéfiant».

Le spécialiste croît que le meurtre de l'homme, âgé de 50 ans, pourrait être lié à l'enlèvement d'un membre de la famille d'Emilio, Domenico Cordileone, survenu en 2005. L'homme avait finalement été relâché et avait refusé de parler avec les policiers.

«Le kidnapping a, d'une part, donné un avertissement. Est-ce qu'on l'a pris au sérieux ou pas assez? Est-ce qu'on a réglé nos dettes?», a soulevé M. Dupuis.


(Crédit photo: Agence QMI)

Emilio Cordileone est connu des policiers pour ses fréquentations et liens dans certaines enquêtes. Toutefois, l'homme qui œuvre dans le domaine de la restauration n'aurait aucun antécédent judiciaire.

C'est vers 9h30, samedi, que son corps qui portait plusieurs blessures sérieuses a été découvert par des patrouilleurs dans un luxueux Range Rover blanc stationné sur la rue Sauriol. Les policiers ont inspecté le véhicule qui était recherché en lien avec une disparition survenue jeudi.

La police n'était pas en mesure de confirmer que la victime du meurtre était portée disparue depuis deux jours.


(Crédit photo: Agence QMI)

«Son assassinat serait davantage un message qui serait envoyé à son père, Domenico Cordileone», a pour sa part soutenu spécialiste du crime organisé et députée bloquiste Maria Mourani, en entrevue à TVA Nouvelles.

De son côté, Richard Dupuis a indiqué qu'Emilio Cordileone entretenait des liens avec Moreno Gallo, un proche de Vito Rizzuto, qui a quitté le pays en janvier dernier, lui qui risquait d'être déporté pour grande criminalité. De plus, en 2004, le journal The Gazette rapportait que Cordileone avait été cité dans des documents de cour pour avoir présenté certaines personnes à Vito Rizzuto.

Le spécialiste n'exclut donc pas la possibilité que ce meurtre soit en lien avec le retour de l'ancien parrain de la mafia montréalaise. «Est-ce que c'est un manque de loyauté envers le clan Rizzuto? Ça aussi les policiers devront regarder», a-t-il soutenu.


(Crédit photo: Agence QMI)

«Pour l'instant, toutes les hypothèses sont ouvertes. Les enquêteurs travaillent d'arrache-pied pour faire des liens entre différents événements», a confirmé le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal, Dany Richer.

Selon Maria Mourani, s'il s'agit bien de l'homme porté disparu jeudi, il y aurait une explication au délai entre sa disparition et le moment où il a été retrouvé.

«Le fait que ça prenne du temps, on peut supposer qu'ils avaient besoin de le questionner, avance-t-elle, ajoutant que s'il a été battu, c'est qu'on a voulu le questionner. Quelles étaient les questions? Ça, c'est le grand mystère.»

Une enquête a été ouverte par la section des crimes majeurs du SPVM et une autopsie devait être pratiquée sur le corps en début de semaine.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.