Québec

Les capitaux ontariens de la mafia financent des actes de violence

Première publication 26 décembre 2012 à 17h01
Mise à jour : 26 décembre 2012 à 19h29
Les capitaux ontariens de la mafia financent des actes de violence
Crédit photo : Agence QMI
Vito Rizzuto
Par Rob Lamberti | Agence QMI

La guerre entre différents clans de la mafia qui fait rage au Québec ne risque pas de cesser de sitôt, puisque l'argent servant à l'alimenter coule à flot de l'Ontario.

Tandis que les fonds mafieux se trouvent en Ontario, c'est au Québec que sont survenus la plupart des actes de violence provenant de ces organisations criminelles.

Les exactions se sont multipliées avec la sortie de prison du chef de la mafia, Vito Rizzuto, au début d'octobre.

«Tant que Rizzuto sera en vie, plus fort il deviendra et plus faible sera le clan calabrais», a expliqué un enquêteur de police, sous le couvert de l'anonymat.

«Il y a des tensions et pas vraiment de vrai leadership, a-t-il ajouté. C'est pourquoi des factions luttent pour le lucratif marché interlope de l'est du Canada, incluant des groupes criminels en provenance de l'Europe de l'Est.»

Port de Montréal

Antonio Nicaso, expert de la mafia et auteur prolifique, abonde dans le même sens. Il a aussi indiqué que les fonds des groupes criminels basés au Canada servent à financer leurs opérations européennes.

«L'importance du Québec s'explique principalement par l'existence du port de Montréal», a dit l'auteur, selon qui l'Ontario est plutôt vue comme un bon endroit pour investir.

Le port de Montréal serait l'endroit rêvé pour faire transiter de la drogue destinée au marché américain, selon M. Nicaso.

«Ils (les mafieux) doivent s'assurer que l'Ontario demeure un endroit calme et paisible», a-t-il ajouté.

Si la commission Charbonneau a mis en lumière des pratiques liées à la corruption qui ont soulevé de nombreuses questions, il n'y a aucune répercussion du côté de l'Ontario.

Un des enquêteurs interrogés a d'ailleurs exprimé des inquiétudes quant au fait qu'il n'y a eu aucune arrestation en Ontario.

Il a aussi relevé le fait que des membres de la grande famille du crime organisé se sont intégrés à la société ontarienne, faisant du bénévolat, donnant à des organismes et créant de nombreux liens avec le monde politique.

L'historique de la pagaille

La pagaille actuelle dans le monde interlope a commencé en 2009 alors que Vito Rizzuto était emprisonné dans un pénitencier fédéral américain au Colorado pour son rôle dans le meurtre de trois membres du clan Bonanno en 1981.

Alors qu'il purgeait sa peine, le parrain a perdu son fils Nicolo et son père Nicolo senior, tués à Montréal par des prétendants à la direction de la mafia.

Un des dirigeants du clan Bonanno de New York, le Montréalais d'origine Sal «Bambino Boss» Montagna, a d'ailleurs tenté de prendre le contrôle du marché montréalais, sans succès puisqu'il a été tué en 2011.

Depuis le retour au Québec de Vito Rizzuto en novembre dernier, de nombreux actes de violence ont été perpétrés dans le cadre de cette lutte intestine pour la direction de la mafia, dont le meurtre de l'ancien allié du parrain, Joe Di Maulo, 72 ans, en novembre dernier.

Depuis l'emprisonnement de Rizzuto, Di Maulo était soupçonné d'avoir renié son clan et de s'être associé avec Montagna et son beau-frère Raynald Desjardins.

Mohammed Awada, 47 ans, qui a déjà été accusé d'avoir enlevé un des bras de droits de Rizzuto, a aussi été assassiné novembre.

Emilio Cordileone, un allié de Rizzuto, a été tué en décembre.

Toujours en décembre, le chauffeur et garde du corps de Rizzuto, Giuseppe Fetta, a été blessé par balle.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.