Trop absorbée par son téléphone

Elle meurt sous les roues du métro

Première publication 25 avril 2013 à 13h40
Mise à jour : 25 avril 2013 à 17h36
TVA Nouvelles

Trop absorbée par ce qui se passait sur l'écran de son téléphone intelligent, une jeune fille est morte après être tombée entre deux wagons du métro de Montréal, le 19 avril dernier.

La victime, Audrey-Anne Dumont, 20 ans. (photo: inmemoriam.ca)

Audrey-Anne Dumont, 20 ans, s'apprêtait à monter à bord du train qui venait de s'arrêter, mais au lieu de se diriger vers l'une des portes, elle s'est précipitée dans l'espace vide entre deux wagons.

Personne ne s'est rendu compte de ce qui venait de se produire à la station Monk lorsque le métro s'est remis en marche, en direction Honoré-Beaugrand. Audrey-Anne, qui faisait partie des derniers passagers à vouloir embarquer dans le métro, aurait été traînée l'espace de deux stations.

La victime est tombée dans cet espace situé entre deux wagons de métro. (TVA Nouvelles)

C'est lorsque des usagers du métro ont aperçu des traces de sang que l'alerte a finalement été donnée. Le drame, qui s'est produit vers 8h15, a provoqué un arrêt de service d'une trentaine de minutes entre les stations Angrignon et Lionel-Groulx, le matin du 19 avril.

Enquête du SPVM et du coroner

L'enquête sur les circonstances de l'accident est actuellement menée par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), ainsi que par la coroner Catherine Rudel-Tessier. C'est d'ailleurs en contactant l'enquêteur au dossier que la famille a compris qu'Audrey-Anne ne s'était pas enlevé la vie.

Même si le SVPM n'exclut pas la thèse du suicide à 100%, on reconnaît que ce n'est pas une façon habituelle de se suicider dans le métro.

Pour sa part, la coroner Rudel-Tessier traite le dossier comme un accident. Selon les images captées par la caméra de surveillance de la station, les premières hypothèses s'orientent comme tel.

Des amies de la victime, qui n'ont jamais cru la thèse du suicide se posent aujourd'hui des questions quant à la sécurité dans le métro.

La Société de transport de Montréal (STM) a refusé de faire tout commentaire pour le moment en raison de l'enquête policière, toujours en cours.

Les parents inconsolables

Encore sous le choc de la perte de leur fille, les parents d'Audrey-Anne Dumont, Karine Dugal et Gabriel Dumont, sont allés déposer aujourd'hui des fleurs à la station Monk, où elle a perdu la vie.

Arrivant difficilement à trouver un sens au drame qu'ils vivent, ceux-ci se questionnent néanmoins quant à la sécurité sur les quais du métro. Ils se demandent s'il existe un moyen de sécuriser cet espace béant existant entre les wagons.

Karine Dugal et Gabriel Dumont, les parents de la victime. (TVA Nouvelles)

«C'est important que les gens soient conscients des dangers qu'il y a dans le métro, ce n'est pas sécuritaire. On pense aux enfants, qui parfois nous lâchent la main pour partir à courir», a commenté son père, Gabriel Dumont.

Selon les informations qu'ont obtenues les parents, Audrey-Anne ne clavardait pas sur son cellulaire lorsque le tragique accident s'est produit.

(TVA Nouvelles)

«D'après ce qu'on a su, elle regardait son téléphone, elle avait ses écouteurs. On croit qu'elle était en train de choisir une chanson. Elle a vu une ouverture devant elle en croyant que c'étaient les portes. Elle a fait un pas ou deux, et elle est tombée entre deux wagons. C'est la version qu'on a présentement», précise M. Dumont.

- Avec les informations de Claudia Néron

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.