Montréal

Agressées parce qu'elles sont lesbiennes et féministes

Première publication 17 novembre 2013 à 18h14
Agressées parce qu'elles sont lesbiennes et féministes
Crédit photo : Agence QMI
Par Jean-Marc Gilbert | Agence QMI

Six féministes dont certaines lesbiennes auraient été victimes d'un crime lesbophobe alors que huit hommes les auraient agressées verbalement et physiquement, samedi soir, au centre-ville de Montréal.

Barbara Legault, militante féministe et lesbienne, et cinq amies sortaient d'un bar, vers 23 h et discutaient du forum sur les états généraux du féminisme auquel elles ont participé ce week-end, à l'Université du Québec à Montréal.

À l'intersection du boulevard de Maisonneuve et de la rue Saint-Denis, huit hommes probablement éméchés se seraient interposés dans la conversation. «Ils ont commencé à nous insulter en nous traitant de ″plottes″ et en demandant pourquoi les féministes détestent les hommes», a indiqué Mme Legault.

Voyant que le ton montait et que cette discussion n'allait mener nulle part sauf à une confrontation, les femmes auraient choisi de poursuivre leur chemin.

«Pendant qu'on s'éloignait, un gars nous a crié: ″Crisses de grosses lesbiennes sales″. Nous sommes retournées les voir pour demander des excuses pendant que d'autres essayaient de calmer le jeu. Mais le ton a encore monté et les insultes ont continué», a raconté Barbara Legault.

«À un moment, un des gars m'a frappé en plein visage trois fois. Il a aussi craché sur moi», a poursuivi la jeune femme, encore sous le choc.

Ne pensant même pas à contacter les policiers, les femmes ont plutôt décidé de quitter le plus rapidement possible en métro.

«Depuis hier (samedi), j'ai très mal et j'ai très peur lorsque je me retrouve seule dans un corridor avec un homme», a ajouté Mme Legault.

Violences quotidiennes

Ce genre de crime lesbophobe arrive plus souvent qu'on pourrait le penser, croit Mme Legault. «Il y a des actes de violence contre les lesbiennes tous les jours. C'est juste très rare que c'est rendu public», a-t-elle avancé.

La présidente de la Fédération des femmes du Québec, Alexa Conradi, dit vivre la même situation. «Quand je suis avec ma conjointe, nous sommes souvent la cible de regards méprisants. Les lesbiennes vivent avec une énorme pression», a-t-elle constaté, ajoutant qu'il est essentiel d'accepter la diversité.

Selon elle, il faut faire un «examen de conscience» et arrêter de dire «qu'un homme doit être comme ceci et qu'une femme doit être comme cela. Ça rend la vie dangereuse», a-t-elle estimé.

«Ça prend un engagement des individus. Les gens pensent souvent que lorsqu'il est question d'un enjeu d'un groupe minoritaire, c'est le groupe lui-même qui doit prendre des initiatives. Mais ça doit venir de tout le monde», a conclu Mme Conradi.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.