Meurtre de Catherine Daviau à Montréal

L'œuvre d'un tueur en série américain?

Première publication 11 décembre 2013 à 10h31
TVA Nouvelles

Le meurtre sordide de la jeune Catherine Daviau, survenu il y a exactement cinq ans dans le quartier Rosemont à Montréal, serait-il l'œuvre d'un tueur en série américain?

Alors que les enquêteurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) n'ont jamais pu en venir à une arrestation relativement à cette affaire, l'ancienne belle-sœur de la victime, Valentina, a confié ce matin au Négociateur que la famille était actuellement en attente de nouvelles du Federal Bureau of Investigation (FBI).


L'appartement où Catherine Daviau a connu une fin horrible (Agence QMI)

C'est que la police fédérale américaine pourrait être en mesure de relier le crime à un tueur en série de l'autre côté de la frontière.

«On parle très régulièrement avec les enquêteurs des crimes majeurs et présentement on attend des nouvelles du FBI concernant un tueur américain», a raconté la femme.

«À chaque nouvelle piste, on s'accroche à ça comme à une bouée de sauvetage.»

L'ancienne belle-sœur ajoute que la famille et les amis de Catherine trouvent toujours aussi difficile que le meurtrier de la jeune femme de 27 ans n'ait jamais été jugé pour son crime.

«On espère vraiment que ça va débloquer bientôt. À chaque nouvelle piste, on s'accroche à ça comme à une bouée de sauvetage.»

Catherine Daviau a connu une fin horrible dans son appartement de la 5e avenue le 11 décembre 2008. Alors qu'elle revenait du travail, la jeune femme a été agressée, puis ligotée à son lit. Son meurtrier a ensuite mis le feu au logement pour effacer toute trace du crime.

Les circonstances entourant le meurtre demeurent particulièrement nébuleuses. Ce jour-là, la meilleure amie de Catherine, Véronique Bourbeau, lui a parlé au téléphone vers 18h alors que la jeune femme revenait du travail. L'incendie de l'appartement a été signalé au 911 à 19h07, ce qui a laissé seulement un peu plus d'une heure au meurtrier pour commettre son crime.

Les enquêteurs du SPVM n'ont trouvé aucune trace d'effraction sur les lieux, ce qui laisse croire que Catherine Daviau serait ou entrée avec son meurtrier ou encore qu'elle lui aurait ouvert la porte.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.