Décès du Pape

Qui succédera à Jean-Paul II?

Première publication 2 avril 2005 à 15h30
Mise à jour : 2 avril 2005 à 15h35
Qui succédera à Jean-Paul II?
Crédit photo : LCN
Le cardinal Jean-Claude Turcotte, 68 ans, est papabile.
Par LCN
Un éventuel successeur du Pape est appelé un «papabile». Si l’on suit la règle de l’alternance des âges, le prochain successeur devrait être relativement âgé et son pontificat plutôt bref. Mais cette règle est plutôt anarchique et les cardinaux ne sont pas tenus de la suivre.

Le «parti italien» favorise le cardinal Dionigi Tettamanzi, 70 ans, qui connaît bien les rouages de la Curie romaine et qui demeure le favori pour un pontificat de transition et de bonne gestion.

Tettamanzi est l’archevêque de Milan, une ville qui est considérée comme un tremplin extraordinaire vers le trône de Saint-Pierre. Le cardinal a d’ailleurs plusieurs atouts dans son jeu. D’abord, ses déclarations antimondialisation plaisent aux cardinaux progressistes. Ses écrits sur la bioéthique rassurent aussi les cardinaux conservateurs et il est proche de l’Opus Dei, un ordre laïque à la réputation conservatrice.

On retrouve aussi parmi les favoris un second cardinal italien, Giovanni Battista Ré, 70 ans.

Le Pape l’a d’ailleurs récemment placé en tête de la liste des cardinaux récemment nommés, ce qui, en langage du Vatican, le désigne comme dauphin.

Originaire de Brescia, né en 1934, il a toujours fait carrière au secrétariat d’État de la Curie romaine. Il pourrait rassembler les électeurs désireux d’un pape soucieux de l’avenir du Saint-Siège et qui serait capable de réparer les fractures internes, de s’atteler à la réforme de la Curie. Une sorte de ménage nécessaire après le long pontificat de Jean-Paul II.

Si le conclave voulait toutefois donner un signal fort au monde en élisant un pape du Tiers-Monde, son choix pourrait alors se porter vers des figures conservatrices latino-américaines, comme le Brésilien Claudio Hummes, 70 ans.

Né en 1934 au Brésil, il est actuellement archevêque de Sao Paulo, le plus gros diocèse catholique d’Amérique latine. Ce franciscain est considéré comme progressiste sur les questions sociales mais conservateur sur la doctrine.

Toujours au Tiers-Monde, on retrouve le Nigérian Francis Arinze, 72 ans, une des figures de proue de l’Église africaine.

Il est préfet de la Congrégation pour la Culte divin et la discipline des sacrements. Il est né en 1932 et il est le fils d’un chef d’une tribu animiste du Nigéria. Il a été ordonné prêtre en 1958.

Président du conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, il s’occupe des relations avec l’Islam depuis 1985.

À une époque ou l’Islam domine encore largement l’Afrique, Arinze apparaît comme l’homme du dialogue et de la réconciliation, des enjeux qui pèsent lourd pour certains cardinaux.

Les candidats canadiens

Le nom du cardinal Marc Ouellet, 60 ans, est apparu sur la liste des papabile potentiels peu après son élection au consistoire d’octobre 2003.

Il est avantageusement connu de plusieurs membres du Sacré Collège provenant de plusieurs coins du monde, notamment des Colombiens, des Américains et des Italiens.

On retrouve également sur la liste des papabile Jean-Claude Turcotte, 68 ans. Pour certains observateurs, il possède des qualités qui pourraient jouer en sa faveur et procurer beaucoup d’émotions aux Montréalais.

Selon Margaret Hebblethwaite, coauteur du livre The next pope, il serait parmi les premiers papabile, du moins parmi les possibilités réelles. Son âge est susceptible d’intéresser les cardinaux. Les évêques des Amériques l’ont d’ailleurs élu au premier tour au conseil postsynodal chargé des suites du Synode des Amériques.

Il jouirait aussi d’une grande popularité outre-atlantique. Il est apprécié pour sa simplicité, son courage et les cardinaux le respectent beaucoup.

Au Vatican, il occupe des fonctions qui, dit-on, témoignent de la confiance du Pape à son endroit. Il est membre d’un comité d’étude des finances du Vatican (restreint à 13 cardinaux), du Conseil pontifical des communications sociales (9 cardinaux) et de la Congrégation pour la cause des Saints (15 cardinaux). Il est toutefois handicapé par le fait de parler peu de langues et de ne pas être un théologien.

En vidéo 1, des hypothèses de succession avec Paul Larocque.

En vidéo 2, entrevue de Paul Larocque avec Mgr Turcotte à Rome.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.