Cinquième jour de bombardements

Un résidant de Gaza raconte

Première publication 18 novembre 2012 à 17h07
Par Catherine Dufour | TVA Nouvelles

Pour une cinquième journée, les bombardements se sont poursuivis à Gaza où plus d'une vingtaine de personnes ont perdu la vie. Un résidant de la ville raconte à quel point la situation est difficile pour les Gazaouis.

Ziad Medoukh, professeur de français à l'Université de Gaza, a été témoin de nombreuses explosions. Dimanche, il a vu un immeuble près de chez lui être bombardé et complètement détruit. Une dizaine de personnes ont été tuées et une vingtaine d'autres blessées.

Aux dires de M. Medoukh, dimanche a été la journée la plus sanglante, ajoutant que 32 personnes auraient perdu la vie dans les bombardements.


(Crédit photo: AFP)

Selon lui, les habitants de Gaza sont partagés entre différents sentiments allant de la peur et l'inquiétude à la confiance et la solidarité.

«Des sentiments d'inquiétude et de peur, parce qu'il y a des frappes aériennes aveugles qui touchent surtout des civils. Des bombardements qui touchent des immeubles où vivent des civils. Un sentiment d'inquiétude pour l'avenir parce que les choses font peur», explique le professeur.

Toutefois, il ajoute que la population a aussi confiance en l'avenir malgré le blocus imposé par les forces israéliennes.


(Crédit photo: Reuters)

Bien que des négociations soient en cours pour obtenir un cessez-le-feu entre Israël et les groupes armés palestiniens de la bande de Gaza, la population semble avoir peu d'espoir.

«La population essaie de trouver un espoir, et l'espoir, pour eux, c'est d'arriver à une accalmie, mais malheureusement, jusqu'à maintenant, il n'y a pas beaucoup d'espoir avec l'intensification des raids», ce qui laisse croire au professeur qu'une trêve n'est pas prête d'intervenir.

«La seule victime de cette agression, c'est la population civile de Gaza qui est confinée à en payer les conséquences», conclut M. Medoukh.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.