Mur budgétaire

24h de la date butoir: une réunion sous tension

Première publication 30 décembre 2012 à 13h41
Mise à jour : 30 décembre 2012 à 19h34
TVA Nouvelles avec AFP

Après une nouvelle journée de négociations, les démocrates et les républicains ne sont toujours pas parvenu à s'entendre pour mettre fin à l'impasse budgétaire qui dure depuis maintenant un an. À un peu plus de 24h de la date butoir, le temps presse.

«Il existe toujours un écart important entre les deux parties, mais les négociations continuent. Nous avons toujours le temps de parvenir à un accord et nous avons l'intention de continuer à négocier», a déclaré Harry Reid, chef de la majorité démocrate.

Encore une fois aujourd'hui, les deux parties s'accusaient mutuellement d'être responsables de la crise du mur budgétaire.

Le président a affirmé que ses adversaires n'arrivaient pas à accepter l'idée que «les impôts des Américains les plus riches devraient augmenter un petit peu» dans le cadre d'un accord budgétaire.

Cette déclaration a fait réagir vigoureusement John Boehner, le leader républicain de la Chambre des représentants. Selon lui, «les Américains ont élu le président Obama pour diriger, pas pour accuser», a-t-il lancé, en mettant en cause le refus du président de «tenir tête à son propre parti».

Impasse

Les chefs de file chargés de parvenir à un éventuel compromis ont avoué être dans une nouvelle impasse.

«Nous négocions depuis environ 36 heures (...) Ce matin, nous avons essayé de répondre à la proposition budgétaire des républicains, a affirmé Harry Reid, dirigeant des démocrates, à la tribune de la chambre haute du Congrès. Mais nous n'avons pas été en mesure de le faire. Je me suis entretenu à plusieurs reprises avec le président (Barack Obama) et à l'heure actuelle nous ne sommes pas en mesure de présenter une contre-proposition».

Tant du côté des démocrates que des républicains, on voit que le temps va bientôt manquer.

«Il y a bien trop de choses en jeu pour s'adonner à des jeux politiciens», a indiqué pour sa part M. McConnell en révélant avoir contacté le vice-président Joe Biden, sénateur pendant 36 ans, afin de tenter de débloquer la situation.

Les deux parties reviendront lundi à 11h pour reprendre les discussions.

Si aucun accord n'est entériné d'ici lundi à minuit, les mesures d'austérité entreront en vigueur.

Parmi ces mesures, on retrouve une hausse généralisée des impôts et des coupes claires dans les dépenses de l'État fédéral. Un tel cocktail risquerait de faire retomber à terme la première économie mondiale dans la récession, selon certains économistes.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.