Incertitude sur la santé d'Hugo Chavez

Climat de tension au Vénézuéla

Première publication 3 janvier 2013 à 05h12
Climat de tension au Vénézuéla
Crédit photo : AFP
L'état de santé d'Hugo Chavez est une source de tension et d'inquiétude au Vénézuéla.
TVA Nouvelles

Le mystère entourant l'état de santé du président Hugo Chavez est source de vives tensions politiques au Vénézuéla.

Le ministre des Sciences et gendre d'Hugo Chavez a annoncé en soirée, via Twitter, que le président hospitalisé depuis trois semaines à Cuba est dans un état «stable», mais «délicat». El Commadante souffre de complications depuis sa quatrième opération pour soigner un cancer, le 11 décembre dernier.

Ces rares bribes d'information officielle ne suffisent pas aux partis d'opposition qui exigent le dévoilement de l'état de santé du chef d'État. Depuis son départ vers la capitale cubaine La Havane, aucun communiqué médical n'a été rendu public.

Hugo Chavez et Raul Castro, à Cuba, en avril dernier. (AFP)

«Il est essentiel que le gouvernement agisse de façon à ce qu'on lui fasse confiance. Il est essentiel qu'il dise la vérité», a déclaré le secrétaire général de la Table de l'unité démocratique (MUD), Ramon Guillermo Aveledo.

«Le 10 janvier, le mandat présidentiel actuel prend fin et un autre débute (...) Il n'y a pas de présidence d'une durée indéfinie. Dans le cas où le président élu ne peut pas se présenter à sa prestation de serment pour des raisons liées à sa maladie, les dispositions prévues par la Constitution doivent être appliquées», a insisté le chef de l'opposition.

Relève

La saga entourant l'état de santé de Chavez met aussi en lumière les luttes de pouvoir qui s'annoncent parmi ses éventuels successeurs.

Nicolas Maduro, ancien chauffeur de métro et héritier désigné de Chavez, a fêté le Nouvel An à Cuba aux côtés de son mentor.

«Il est toujours sous surveillance, poursuit ses traitements, c'est une situation complexe (...) Il y a parfois de légères améliorations, parfois une situation stationnaire», a-t-il révélé. Il a appelé les Vénézuéliens à ne pas donner de crédit aux rumeurs.

Le 9 décembre dernier, Chavez avait accordé sa confiance à Maduro.«Si une nouvelle élection est nécessaire, vous devez voter pour Nicolas Maduro comme président», avait-il déclaré à la télévision.

Deux autres hommes d'influence au sein du Parti socialiste unifié vénézuélien (PSUV) pourraient aussi manifester leur intérêt à prendre le relais d'El Commandante. Elias Jaua, représentant de l'aile gauche du chavisme et Diosdado Cabello, président du parlement, sont considérés comme de sérieux prétendants.



 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.