Compteurs électriques intelligents

Beaucoup de mécontents

Première publication 6 octobre 2012 à 19h00
TVA Nouvelles

Dans quelques jours, Hydro-Québec commencera l'installation de près de quatre millions de ces compteurs dits "intelligents", une opération qui coûtera près d'un milliard de dollars. L'organisme Option consommateurs craint un dérapage financier du projet de lecture à distance.

«Il y a des éléments économiques et financiers déposés pas Hydro-Québec qui ne tiennent pas la route, selon nous, évidemment. Par exemple le remplacement des compteurs», explique l'analyste en énergie pour Option consommateurs, Olivier Bourgeois.

«On n'a aucun budget de prévu pour certains éléments [pour lesquels], on est certain qu'il y aura des coûts», ajoute-t-il.

Mêmes inquiétudes au Syndicat des employés de techniques professionnelles et du bureau d'Hydro-Québec (SCFP-2000), qui estime que le projet entraînera la perte de 1000 emplois.

«Le projet est déficitaire de minimalement 104 millions de dollars sur 20 ans. Donc ça revient à dire que ça coûte plus cher utiliser une technologie étrangère que d'utiliser des travailleurs d'ici », estime le porte-parole de SCFP-2000, David Labrosse.

Radiofréquences dangereuses?

D'autres groupes sont davantage préoccupés par les risques sur la santé que peuvent provoquer l'utilisation de ces nouveaux compteurs intelligents qui émettent des radiofréquences.

Mais les experts ne s'entendent toujours pas sur ce qui pourrait constituer une exposition sécuritaire

Selon certains, en acceptant le projet de lecture à distances des compteurs électriques d'Hydro-Québec, c'est comme si la Régie de l'énergie rejetait le principe de précaution.

«Il y a certains états, la Californie et le Maine, qui ont limité l'installation et qui se questionnent sérieusement par rapport à ce type de compteurs. Il y a des moratoires qui ont été imposés en Californie», rapporte François Therrien de Sauvons nos enfants des micro-ondes.

Hydro-Québec propose une option de retrait à ses clients. Au coût de 137$, en plus de frais mensuels de 17$. Ce serait plutôt une sorte de ticket modérateur, dénoncent les critiques.

«C'est de réserver aux gens qui sont informés et fortunés qui vont pouvoir bénéficier de ne pas être irradiés par les compteurs», croit M. Therrien.

Certains groupes feront appel auprès de la nouvelle ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, une ancienne employée d'Hydro-Québec.

La Régie de l'énergie a donné vendredi son feu vert au projet d'installation de compteurs intelligents d'Hydro-Québec.

Avec la collaboration d'Andrée Ducharme

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.