Pétrole de l'Ouest

Des groupes environnementaux félicitent le ministre Daniel Breton

Première publication 15 novembre 2012 à 16h54
Des groupes environnementaux félicitent le ministre Daniel Breton
Crédit photo : archives
Agence QMI

Équiterre, la Fondation David Suzuki Québec, Greenpeace Québec et le Fonds mondial pour la nature (WWF) saluent la décision du ministre de l'Environnement, Daniel Breton, de tenir des consultations publiques sur le projet d'Enbridge qui vise à renverser le flux de son pipeline reliant Sarnia en Ontario à Montréal, afin d'acheminer du pétrole issu des sables bitumineux.

«Il est extrêmement important que le Québec mène des consultations publiques, qu'il évalue de façon sérieuse et indépendante l'impact environnemental d'un tel projet et qu'il ait droit de regard sur la décision puisque le gouvernement fédéral a, depuis longtemps, pris le contrôle des évaluations environnementales au profit des pétrolières», peut-on lire dans un communiqué conjoint mis par ces groupes environnementaux.

Le ministre Breton ne digère pas que du pétrole issu des sables bitumineux albertains puisse être acheminé à Montréal, sans le consentement du gouvernement du Québec.

Le transporteur de pétrole Enbridge, qui opère déjà la ligne 9, un oléoduc traversant le sud du Québec et qui passe notamment par Mirabel, veut inverser le sens du pétrole de l'Ouest canadien vers le Québec. Le tout est prévu pour le printemps 2014.

L'entreprise a tenu deux consultations publiques au début octobre au Québec, qui ont attiré 17 personnes dans le secteur Saint-Janvier à Mirabel et 35 personnes à Montréal.

Techniquement, les travaux qui seraient effectués seraient mineurs, puisqu'il ne s'agirait que d'inverser le flot du pétrole de l'ouest vers l'est, plutôt que de l'est vers l'ouest comme c'est le cas depuis les années '90.

Plutôt que d'acheter du pétrole étranger qui arrive par le fleuve Saint-Laurent, les raffineries achèteraient le pétrole canadien, y compris celui provenant des sables bitumineux, économisant ainsi 1,5 milliard $ par année, estime-t-on. Selon Enbridge, «le prix du baril de pétrole brut canadien est d'environ 20 $ de moins que le brut étranger».

Le pipeline fait 831 km de long et passe notamment par Terrebonne, Sainte-Anne-des-Plaines, Mirabel, Saint-Benoît, généralement à travers des terres privées.

Le tuyau est enfoui à trois pieds dans le sol. Le pétrole circule à une vitesse de 1300 m3 à l'heure. Le volume transporté est de 240 000 tonnes par année et pourrait passer à 300 000 avec ce projet d'inversion.

Depuis la construction de l'oléoduc en 1976, un seul déversement a eu lieu à Mirabel dans le rang St-Joachim, en 1988, a fait savoir la compagnie lors de ses consultations.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.