Prestations pour enfants handicapés

Une mère trouve le gouvernement injuste

Première publication 15 novembre 2012 à 17h42
Une mère trouve le gouvernement injuste
Crédit photo : Christian Lepage, Agence QMI
Le fils de Karine Daoust, Charles-Émile, est autiste et souffre de troubles cardiaques.
Par Christian Lepage | Agence QMI

Les parents d'enfants handicapés ou qui ont des troubles envahissants du développement doivent être reconnus et entendus, selon Karine Daoust, une mère de famille de Saint-Basile-le-Grand, en Montérégie. Son enfant, qui est autiste, souffre de troubles cardiaques graves.

Aux côtés d'autres parents, elle lutte depuis plusieurs mois pour que le gouvernement reconnaisse leur situation et cesse de couper dans l'aide financière. Son fils Charles-Émile, 4 ans, a besoin de soins quotidiens. Dès sa naissance, elle a cessé de travailler pour l'accompagner à ses nombreux rendez-vous médicaux.

Sur «Facebook», Mme Daoust a ouvert un groupe de discussion, qui regroupe 663 personnes. «Des parents m'écrivent chaque semaine pour me dire que le gouvernement a cessé de leur verser leur prestation pour enfant handicapé. C'est anormal et inhumain», raconte Mme Daoust, qui a vu elle aussi ses prestations pour son fils se tarir, en raison de nouvelles règles gouvernementales plus sévères instaurées cette année.

«Le gouvernement a resserré ses critères pour établir si un enfant est handicapé ou non. Le pire, c'est que ce sont des médecins embauchés par le gouvernement qui prennent des décisions défavorables sans voir l'enfant, juste en consultant un rapport du médecin traitant», affirme Mme Daoust.

Au Québec, le diagnostic de l'enfant souffrant de troubles envahissants n'est réalisé que par un médecin ou un psychiatre. Les parents touchés remarquent cette année que lorsque le médecin traitant dresse un bilan d'amélioration significatif de l'enfant, les prestations gouvernementales sont très souvent arrêtées. Les parents doivent donc se battre avec le système et demander une révision de leur dossier.

Mme Daoust a rencontré une adjointe du député de Chambly, Bertrand St-Arnaud, qui a bien accueilli sa demande. Elle prépare actuellement un dossier afin de faire valoir les droits des parents d'enfants handicapés auprès du gouvernement. Avec plusieurs autres parents, elle entend rencontrer le nouveau ministre de la Santé, Réjean Hébert, et le convaincre d'assouplir les critères d'attribution des prestations.

Mme Daoust compte beaucoup sur la victoire en Cour suprême obtenue ce mois-ci par un élève de la Colombie-Britannique souffrant d'un trouble d'apprentissage. Le plus haut tribunal du pays a déterminé que l'enfant avait été victime de discrimination puisque son école ne lui avait pas fourni des services d'aide suffisants.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.