Plafonnement des dépenses électorales

Le prolongement de la session parlementaire réclamé

Première publication 16 novembre 2012 à 14h55
Le prolongement de la session parlementaire réclamé
Crédit photo : Agence QMI
Le député de la CAQ, Gérard Deltell
Par Geneviève Lajoie | Agence QMI

La pression monte sur le gouvernement Marois afin qu'il plafonne les dépenses électorales. La Coalition avenir Québec va jusqu'à réclamer le prolongement de la session parlementaire pour y parvenir.

À l'heure actuelle, les partis politiques peuvent dépenser jusqu'à 11,5 millions $ en campagne électorale.

Les troupes de François Legault demandent que ce montant soit ramené à 4 millions $. Les libéraux se sont joint cette semaine aux caquistes et souhaitent eux aussi qu'on abaisse le plafond des dépenses électorales à 7,5 millions $.

Libéraux et caquistes souhaitent que le ministre Bernard Drainville indique un plafond aux dépenses électorales dans le cadre du projet de loi 2 qui porte sur le financement des partis politiques. La rentrée parlementaire tardive et le dépôt d'un budget la semaine prochaine ne laisse toutefois pas beaucoup de temps aux députés pour insérer cet aspect dans le texte de loi.

C'est pourquoi le leader parlementaire caquiste, Gérard Deltell, a demandé que la session soit prolongée d'une semaine afin que les élus québécois aient le temps de l'inclure avant la fin des travaux, prévue le 7 décembre.

«Il y a un embouteillage, donnons-nous de l'oxygène pour travailler comme il le faut», a déclaré le député de Chauveau vendredi, en conférence de presse à l'Assemblée nationale.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.