Sondage

Le Boxing Day moins populaire chez les Québécois

Première publication 26 décembre 2012 à 11h23
Mise à jour : 26 décembre 2012 à 13h01
Agence QMI

Plus de la moitié des Canadiens prévoient faire des achats mercredi, en ce jour du Boxing Day, mais les Québécois seront moins nombreux à aller faire des emplettes.

Selon les résultats d'un sondage mené pour le compte de BMO publiés mercredi, pas moins de 62 % des Canadiens feront tinter les caisses des magasins pour des achats pour eux-mêmes (22 %) ou à la fois pour eux-mêmes et leurs proches (34 %).

Il s'avère cependant que les Québécois seront beaucoup moins nombreux à courir les soldes du Boxing Day, puisque seulement 36 % ont exprimé l'intention d'aller magasiner mercredi.

Les champions du magasinage seront les Albertains, alors que plus des trois quarts des consommateurs (76 %) prévoient délier leurs bourses lors de la journée de magasinage la plus achalandée au pays.

Dans l'ensemble du pays, les hommes (66 %) seront plus enclins à profiter des ventes du lendemain de Noël que les femmes (58 %).

Selon Su McVey, vice-présidente, BMO Banque de Montréal, le lendemain de Noël au Canada est aussi important pour bien des gens que la journée du vendredi noir, ou «Black Friday», aux États-Unis.

Malgré les soldes, Mme McVey incite les consommateurs à respecter leurs limites pour les dépenses des Fêtes.

«Il est essentiel de tenir compte des achats du lendemain de Noël dans le budget général des dépenses pour le temps des Fêtes, et de ne pas agir sur un coup de tête», a-t-elle prévenu.

Le Service des études économiques de BMO estime que les ventes au détail pour le temps des Fêtes au pays, à l'exclusion des ventes de véhicules et de carburant, devraient s'élever à 60 milliards $. Il s'agit d'une hausse de 1% à 2%, ou de 600 millions $ à 1,2 milliard $, par rapport à l'an dernier, pour les mois de novembre et de décembre.

Bien que la hausse prévue soit modeste, les prévisions demeurent tout de même «bien au-dessus des moyennes observées depuis le ralentissement économique de 2008», a souligné Doug Porter, économiste en chef délégué, BMO Marchés des capitaux.

Ce sondage a été mené par Pollara, du 11 au 16 octobre, auprès de 1000 Canadiens âgés de 18 ans et plus. La marge d'erreur est de ± 3,1 %, 19 fois sur 20.


En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.