Grève de la faim

Des députés rencontrent la chef d'Attawapiskat

Première publication 30 décembre 2012 à 20h01
Des députés rencontrent la chef d'Attawapiskat
Crédit photo : TVA Nouvelles
Par Jessica Hume | Agence QMI

Au vingtième jour de sa grève de la faim, dimanche, la chef de la réserve d'Attawapiskat, Theresa Spence, a invité les députés et sénateurs à se joindre à elle dans son tipi pour discuter de ses objections envers la loi omnibus C-45.

Dix-sept députés du Nouveau parti démocratique (NPD) et une poignée de libéraux ont accepté l'invitation afin de montrer leur solidarité avec le mouvement «Idle No More».

Ils ont discuté de la loi C-45, qui changera, entre autres, le statut des voies navigables et permettra à des sociétés privées d'acheter des terres protégées.

Mme Spence a entamé sa grève de la faim le 11 décembre dernier pour forcer le premier ministre, Stephen Harper, et le gouverneur général, David Johnston, à rencontrer les chefs des Premières Nations.

«Je les ai invités à venir écouter ce que j'ai à dire, a dit Mme Spence au groupe de députés. En tant que Premières Nations, nous prenons nos responsabilités, la Couronne doit en faire autant.»

Un porte-parole du bureau du premier ministre a affirmé qu'il n'y a rien de nouveau de leur côté.

Le ministre des Affaires autochtones John Duncan a tenté de rencontrer la chef à plusieurs reprises et lui a demandé son aide dans la formation d'un groupe de travail. Mme Spence a refusé, disant qu'elle n'accepterait rien de moins que le premier ministre lui-même.

Alors que plusieurs personnes sont sympathiques à sa cause, d'autres croient que de faire une grève de la faim pour rencontrer le premier ministre pourrait créer un dangereux précédent.

Le député du NPD Charlie Angus, dont la circonscription comprend la réserve d'Attawapiskat, a affirmé qu'un dangereux précédent avait effectivement été créé, mais qu'il s'agit plutôt d'un «précédent démontrant un absolu mépris pour les Premières Nations».

Les députés du NPD ont exhorté le premier ministre à agir «afin d'éviter une tragédie».

«Nous demandons au premier ministre d'agir rapidement et de tendre la main à la chef Theresa Spence en lui promettant de rencontrer dès janvier les chefs autochtones élus», a dit le député néo-démocrate Paul Dewar (Ottawa-Centre), après avoir rendu visite à Mme Spence.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.