Si Harper ne rencontre pas les Premières Nations

Les manifestations pourraient «s'envenimer»

Première publication 2 janvier 2013 à 22h02
Les manifestations pourraient «s'envenimer»
Crédit photo : Agence QMI
La chef de la réserve d’Attawapiskat, Theresa Spence, jeûne depuis maintenant 23 jours dans l’espoir de s’entretenir avec le premier ministre Stephen Harper.
Par Kristy Kirkup | Agence QMI

Les manifestations pacifiques des Premières Nations pourraient «s'envenimer» si les responsables fédéraux ne donnent pas suite à la demande d'une rencontre entre les leaders autochtones et le premier ministre Stephen Harper, selon le député néo-démocrate Charlie Angus.

«C'est une situation qui n'a surtout pas besoin de dégénérer, a dit le député. Il y a beaucoup de frustration, essayons de régler cette histoire de façon honnête.»

Charlie Angus a précisé mercredi qu'il a l'intention de rencontrer Theresa Spence, la chef d'Attawapiskat, jeudi à Ottawa. Mme Spence, qui représente une réserve minée par la pauvreté située dans la circonscription de M. Angus, a mené depuis trois semaines une campagne personnelle de protestation sur l'île Victoria, près d'Ottawa.

Theresa Spence a affirmé qu'elle ne se nourrirait d'aucun aliment solide jusqu'à ce qu'il y ait une rencontre entre les leaders autochtones et le premier ministre Stephen Harper.

«Idle No More»

La demande pour des pourparlers est également au cœur de «Idle No More», un mouvement autochtone qui prend de l'ampleur et qui est à l'origine de nombreuses manifestations et barricades organisées par des membres des Premières Nations au Canada et aux États-Unis.

Ainsi, depuis deux semaines, des autochtones bloquent les voies ferrées du CN à Sarnia dans le sud de l'Ontario. Au Québec, depuis décembre, des barrages ont été érigés à deux reprises sur la route 132 en Gaspésie et sur la voie ferrée près de Pointe-à-la-Croix, par des membres de diverses communautés autochtones.

Mme Spence n'a pas pu donner d'entrevue à l'Agence QMI lundi et mercredi, mais elle a trouvé assez d'énergie pour marcher et parler à quelques visiteurs.

Le ministre des Affaires autochtones, John Duncan, n'était pas disponible pour des demandes d'entrevues. Il a proposé de rencontrer la chef Spence, qui a rejeté cette offre. Le bureau du premier ministre n'a fait état d'aucune autre rencontre à son agenda.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.