Visite à Édimbourg

Marois discutera indépendance avec le premier ministre écossais

Première publication 22 janvier 2013 à 16h21
Mise à jour : 22 janvier 2013 à 23h23
Par Régys Caron | Agence QMI

Alors que le PQ s'apprête à lancer un plan de promotion de la souveraineté, Pauline Marois s'en va rencontrer son homologue souverainiste Alex Salmond pour discuter souveraineté de l'Écosse.

«Mon objectif n'est pas d'avoir une contribution (de l'Écosse) ou d'influencer. C'est plutôt d'avoir un échange entre personnes politiques qui ont des points de vue qui se rapprochent sur certains sujets, dont celui (...) de devenir indépendants (...) Je pourrai faire valoir mon expérience et M. Salmond pourra me faire valoir la sienne», a exposé la première ministre quelques minutes avant de s'envoler pour Davos, en Suisse, dans un voyage qui la conduira ensuite à Londres puis à Édimbourg.

Le gouvernement Salmond prévoit convier les Écossais à un référendum sur la souveraineté en octobre 2014 et souhaite étendre le droit de vote aux adolescents de 16 et 17 ans.

Les intentions de vote pour la souveraineté de l'Écosse avoisinent 30%. Alex Salmond se montre sûr de faire progresser la cause souverainiste d'ici l'échéance référendaire.

Forte de ses deux expériences référendaires (1980 et 1995), Pauline Marois se défend de vouloir faire la leçon au premier ministre de l'Écosse au sujet de la démarche à suivre. «Ils ont beaucoup observé le Québec, sans doute que M. Salmond aura des questions à me poser», entrevoit Mme Marois.

Plan d'action

Le Parti québécois s'apprête à dévoiler un plan d'action visant à démontrer «les avantages pour le Québec de pouvoir prendre ses propres décisions pour ses politiques économiques, sociales et culturelles». Le programme du PQ prévoit qu'un gouvernement péquiste réalisera la souveraineté à la suite d'un «référendum tenu au moment qu'il jugera approprié».

En attendant, Pauline Marois entend créer les conditions qui lui sembleront propices à la tenue d'un référendum. «Je veux qu'on les bâtisse, ces conditions, pour convaincre une majorité de Québécois que notre avenir passe par la souveraineté.»

Le plan d'action sera dévoilé à l'occasion du prochain Conseil national du PQ, qui se tiendra à Drummondville les 9 et 10 février. Parce qu'il est minoritaire au Parlement, le gouvernement Marois ne peut enclencher une démarche référendaire.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.