Réforme de la non-responsabilité criminelle

«Enfin!», dit Isabelle Gaston

Première publication 8 février 2013 à 19h28
«Enfin!», dit Isabelle Gaston
Crédit photo : Maxime Deland, archives Agence QMI
Isabelle Gaston
TVA Nouvelles

Isabelle Gaston, l'ex-conjointe de Guy Turcotte reconnu criminellement non responsable du meurtre de ses deux enfants en juillet 2011, se réjouit du projet de loi C-54 sur la réforme de la non-responsabilité criminelle, déposé vendredi par le gouvernement conservateur.

«Présentement, la personne qui est jugée criminellement non-responsable, elle n'a pas à prouver qu'elle n'est plus dangereuse. [Avec la nouvelle loi], si la personne représente un risque, aussi mineur soit-il, on va prendre en considération qu'elle a déjà enlevé la vie ou volé l'intégrité physique de quelqu'un. Donc, c'est déjà un gros pas», a expliqué Isabelle Gaston en entrevue à TVA Nouvelles.

La femme qui a revendiqué sur plusieurs tribunes un resserrement de ces mesures, salue le fait que cette réforme accorde une plus grande importance aux victimes.

«Enfin un peu plus de poids dans la balance pour la victime dans notre système. On n'a pas une très grande place dans tout le système judiciaire. Avec ces règles-là, ça va nous donner une voix pour se faire entendre», a-t-elle dit.

En décembre dernier, la cour a décidé que Guy Turcotte représentait un «risque calculé». L'homme a donc été remis en liberté en décembre 2012, ce à quoi s'opposait vivement Mme Gaston.

Comme les exigences d'une remise en liberté seront plus nombreuses avec la nouvelle loi, des situations comme celle vécue par Mme Gaston ne devraient être évitées.

«S'il demeure un risque important, comme la sécurité du public sera la priorité, la personne [reconnue criminellement non-responsable] devra avoir entamé tout au moins une démarche pour prouver qu'elle n'est plus dangereuse. Je pense que c'est le minimum», s'est-elle réjouie.

«C'est une grande victoire pour nous tous, parce qu'il ne faut pas oublier que les victimes représentent un peu chacun de nous dans leur combat», a laissé tomber Isabelle Gaston.

Guy Turcotte, ancien cardiologue, a tué à l'arme blanche ses enfants Olivier, 5 ans, et Anne-Sophie, 3 ans, en février 2009. Le 5 juillet 2011, le jury a l'a déclaré non responsable criminellement pour cause de troubles mentaux et l'homme a été remis en liberté le 13 décembre 2012.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.