Parti québécois

Un plan «ambitieux» pour promouvoir la souveraineté

Première publication 8 février 2013 à 23h32
Un plan «ambitieux» pour promouvoir la souveraineté
Crédit photo : Jean-François Desgagnés, archives Agence QMI
Le ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville
Par Jean-Luc Lavallée | Agence QMI

Le PQ compte ramener la souveraineté à l'avant-plan en 2013 sur «toutes les plateformes».

Le ministre Bernard Drainville, qui pilotera la prochaine campagne de financement du Parti québécois, promet que son parti va «mettre le paquet» pour mousser la souveraineté en 2013 avec de «nouveaux arguments».

Le PQ doit dévoiler en fin de semaine à Drummondville, à l'occasion de son Conseil national, son fameux plan d'action pour promouvoir l'option souverainiste. Les détails du plan seront livrés à huis clos aux militants. Les médias seront informés des grandes lignes.

«Je n'ai jamais vu ça»

En entrevue à ce sujet avec le Journal de Québec vendredi, le ministre responsable des Institutions démocratiques a placé la barre très haut, disant n'avoir «jamais vu quelque chose d'aussi ambitieux» depuis qu'il a joint les rangs du PQ en 2007.

On savait déjà que le PQ avait l'intention d'exploiter à fond les réseaux sociaux (Twitter et Facebook) et de lancer une campagne de publicité - «payée par le parti» a-t-il insisté -, mais M. Drainville soutient que ce plan va beaucoup plus loin. Les Québécois pourront difficilement ignorer cette campagne visant à ramener la question nationale à l'avant-plan.

«Moi, je n'ai jamais vu ça: autant de moyens, autant d'événements sur un calendrier, sur toutes les plateformes, dans tous les médias [...] Ça va s'échelonner sur toute l'année. Les Québécois vont en entendre parler! Et je pense qu'on va marquer.»

Lors d'un discours devant les représentants de l'aile jeunesse du PQ, vendredi soir, la première ministre Pauline Marois a dit vouloir rejoindre «tous les Québécois, de tous les âges, de toutes les régions, de toutes les origines». Elle a invité les jeunes à «traduire l'indépendance» dans leurs mots «sur toutes les plateformes».

Chiffres à l'appui

L'approche du PQ sera très pédagogique. «Les Québécois ne souhaitent pas qu'on enterre la souveraineté; ils ont le goût d'entendre de nouveaux arguments, puis on va leur en donner. On va faire la démonstration avec des chiffres, des explications et des exemples très concrets. On n'est pas dans le pelletage de nuages», a plaidé M. Drainville.

Les Québécois, selon lui, ne réalisent pas à quel point la bureaucratie d'Ottawa «leur coûte cher», même en tenant compte de la péréquation. «On va arriver avec de nouveaux arguments sur la gestion des fonds publics. On va faire la démonstration que, pour moins gaspiller, il faut couper un gouvernement.»

Valeurs québécoises

Le PQ exploitera aussi le filon de l'identité et des accommodements, opposant les valeurs du Québec au multiculturalisme canadien. Minoritaires ou non, les péquistes jugent que le synchronisme est bien choisi pour lancer cette offensive.

«Il faut en parler. Si on se cache, ça n'avancera pas. À un moment donné, c'est nous qui devons mettre la balle en jeu.»

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.