Un château pour un cadre du CUSM

«Déplorable et inacceptable», dit le DG

Première publication 14 février 2013 à 18h01
TVA Nouvelles

L'exclusivité TVA Nouvelles - Agence QMI rapportant qu'un ex-directeur du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), Yanai Elbaz, s'est fait construire un château par un fournisseur de l'hôpital a fait couler beaucoup d'encre aujourd'hui.

Dans une rare entrevue, le directeur général du CUSM, Normand Rinfret, a répété à plusieurs reprises qu'il n'en savait tout simplement rien.

«Je n'étais pas du tout au courant qu'il pouvait y avoir cette situation-là. Je trouve ça très déplorable, totalement inacceptable et c'est pour ça qu'on collabore avec les instances judiciaires. [...] Je ne peux savoir ce que les gens font à l'extérieur de l'hôpital et je ne peux savoir ce que les gens décident de faire dans leur sous-sol ou dans des endroits ou l'on ne peut pas être comme organisation», explique-t-il.

Normand Rinfret gère le CUSM, les hôpitaux et le chantier du mégahôpital, depuis le départ d'Arthur Porter, l'ancien directeur général au coeur de plusieurs enquêtes de corruption. Il y travaille depuis 34 ans et il jure que s'il avait su à propos de Yanai Elbaz, il aurait sévi.

«La raison pour laquelle nous, on ne peut pas faire d'investigation sur la vie personnelle des gens. C'est que ça, ça appartient au domaine de la police et au domaine judiciaire et donc si on avait eu quoi que ce soit, si j'avais eu quoi que ce soit en lien avec ça, j'aurais agi immédiatement.»

Les révélations au sujet de Yanai Elbaz suscitent aussi la grogne à Québec. La Coalition avenir Québec pense qu'il est temps de remettre la main sur tous les montants subtilisés par la corruption.

«Ce que j'ai entendu partout depuis que les gens écoutent de façon assidue la commission Charbonneau, c'est: quand est-ce qu'on va récupérer l'argent qu'on s'est fait voler? Mais là, il est trop tard, l'argent est peut-être disparu. Ce qu'on veut faire, c'est avoir des moyens pendant que les travaux sont en train de se faire, pendant qu'ils sont en train de dépenser notre argent», dit le député Jacques Duchesneau.

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, rappelle quant à lui que Québec a mandaté un accompagnateur au CUSM, qui suit la situation de près. Il ajoute que tout le dossier des transactions immobilières a été transmis à l'Unité permanente anticorruption.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.