Plusieurs rencontres prévues

Mulcair à Washington la semaine prochaine

Première publication 8 mars 2013 à 19h54
Mulcair à Washington la semaine prochaine
Crédit photo : archives, Agence QMI
Par Huguette Young | Agence QMI

Jugeant qu'il est peut-être aux portes du pouvoir, le chef néo-démocrate Thomas Mulcair se rendra à Washington la semaine prochaine pour établir des ponts avec l'administration Obama et se faire connaître du milieu d'affaires, a appris l'Agence QMI.

Accompagné d'une délégation de députés, M. Mulcair sera mardi et mercredi prochain à Washington où il aura des «rencontres privées» avec des gens de la Maison-Blanche. Le chef néo-démocrate n'aura pas d'entretien avec le président Barack Obama, mais il rencontrera Howard Dean, l'ex-président du Parti démocrate et Nancy Pelosi, l'actuelle leader démocrate minoritaire à la Chambre des représentants. De plus, il échangera avec les invités du Canadian-American Business Council et s'entretiendra avec le secrétaire général de l'Organisation des États américains, José Miguel Insulza.

On y abordera les sujets du jour comme l'oléoduc Keystone, l'économie, les relations bilatérales, le commerce, les frontières et la situation politique dans les Amériques.

Jeudi, le chef néo-démocrate courtisera le milieu des affaires à New York. Grâce à ces rencontres, on veut s'assurer que les Américains «prennent conscience de qui on est présentement, et où on veut aller, pour qu'il n'y ait pas de surprise finalement. C'est ça l'objectif», a avancé une source digne de foi.

Alors que c'était beaucoup plus «laborieux» d'organiser de telles rencontres à Washington à l'époque de Jack Layton qui dirigeait le quatrième parti aux Communes, les portes s'ouvrent beaucoup plus facilement maintenant que le NPD forme l'Opposition officielle, a-t-on fait savoir.

Les Américains connaissent à peine le premier ministre Stephen Harper, a reconnu David Biette, le directeur du Canada Institute au Woodrow Wilson Center de Washington et M. Mulcair, encore moins.

«Je pense que je peux m'avancer à dire que 99 % des Américains n'ont jamais entendu parler de Thomas Mulcair, même que ce pourcentage pourrait être plus élevé», a-t-il avoué en entrevue.

C'est pourquoi il a invité M. Mulcair à prendre la parole devant une soixantaine de personnes mercredi pour permettre au chef de l'Opposition d'expliquer «qu'il y a d'autres points de vue au Canada.» Il y a un an, M. Harper y était l'invité de marque.

M. Mulcair y abordera le thème d'une «économie durable équilibrée». Selon lui, les Américains préfèrent ne pas se mêler des questions constitutionnelles canadiennes, mais il se pourrait que des membres de l'auditoire soient curieux au sujet du seuil d'accession à la sécession du Québec que M. Mulcair fixe à 50 % +1. Mais en général, les Américains «n'ont pas de patience» pour tout mouvement sécessionniste visant à démanteler un pays », croit-il.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.