Vote de confiance au congrès du NPD

Un appui de 92,3 % pour Mulcair

Première publication 13 avril 2013 à 13h50
Mise à jour : 13 avril 2013 à 18h37
TVA Nouvelles et Agence QMI

Les militants du Nouveau Parti démocratique (NPD) ont réitéré leur appui à l'endroit de leur chef, Thomas Mulcair, dans une proportion de 92,3%, lors d'un vote de confiance, samedi, à la deuxième journée du congrès du parti qui a réuni environ 2200 délégués au Palais des congrès de Montréal, le tiers provenant du Québec.

M. Mulcair a également prononcé un discours très attendu, qu'il a voulu le plus rassembleur possible. «Notre parti parle avec tous les Canadiens et sait les écouter», a-t-il dit d'entrée de jeu.

Il a aussi voulu dissiper les craintes au sujet des disparités au sein de son parti, évoquées par certains adversaires. «Nous avons beaucoup plus de choses qui nous réunissent que de choses qui nous divisent», a-t-il dit.

S'adressant successivement en anglais et en français aux délégués, M. Mulcair a insisté sur la transformation du Canada opérée par les conservateurs, dans lequel les Canadiens ne peuvent plus se reconnaître.

«Nous sommes les mieux placés pour battre Harper en 2015, et c'est ce que nous ferons.»

«Le Canada doit redevenir un phare pour la justice sociale, économique et environnementale», a-t-il dit, multipliant ses attaques contre le gouvernement Harper. «Nous devons faire mieux pour les générations futures, a-t-il ajouté. Et nous allons faire mieux!»

M. Mulcair a affirmé que le NPD saura agir là où les conservateurs ont fait preuve d'incompréhension. «Dans un pays aussi riche que le nôtre, comment pouvons-nous accepter que des centaines de milliers d'aînés vivent dans la misère, sans aider? a dit le chef à ses militants. Comment pouvons-nous accepter que près d'un million d'enfants partent à l'école chaque matin le ventre vide, sans agir? Et comment voir les conditions du tiers-monde sur les réserves, sans se révolter?»

Le chef néo-démocrate n'a pas oublié pour autant la classe moyenne, «dont les salaires baissent constamment», a-t-il souligné.

Il a invité le premier ministre à voir sur place les conséquences de ses politiques conservatrices, comme le report de la retraite. «M. Harper, allez donc à Timmins, dites à des mineurs qu'ils devront travailler deux ans de plus», a lancé avec défi M. Mulcair.

Prêt pour 2015

M. Mulcair a promis qu'il aurait une puissante machine électorale pour les prochaines élections. «Nous sommes les mieux placés pour battre Harper en 2015, et c'est ce que nous ferons», a-t-il promis.

(Crédit photo: Joël Lemay, Agence QMI)

Il a aussi tourné en dérision la défaite libérale et les commentaires de l'ancien chef Michael Ignatieff durant la dernière campagne électorale de 2011, qui avançait que les Canadiens devaient choisir entre les libéraux et les conservateurs.

«Nos adversaires ont dit aux Canadiens qu'ils devaient choisir entre la porte rouge et la porte bleue, a dit le chef néo-démocrate. Au lieu de ça, les Canadiens leur ont montré la porte!»

Il a tracé un bilan peu reluisant du règne libéral. «Durant leurs 13 années au pouvoir, les libéraux n'ont rien fait en matière de transport, de logement, de dette étudiante, rien sauf empirer les choses», a souligné Thomas Mulcair.

Adoucir l'image

Lors de ce congrès, le parti souhaite également présenter une dimension plus humaine de son chef, dont le ton ferme à la Chambre des communes peut refroidir les ardeurs des plus sensibles. Avec la très probable élection de Justin Trudeau à la tête du Parti libéral du Canada dimanche, le NPD veut mettre toutes les chances de son côté afin de ne pas perdre d'appuis au pays.

Ainsi, une vidéo de Thomas Mulcair avec sa famille a été présentée aux délégués rassemblés à Montréal. Le chef y est dépeint davantage comme un homme sachant créer la cohésion que comme le bagarreur qu'il est lors de ses allocutions au Parlement.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.