Terrorisme domestique

Près de huit Canadiens sur dix inquiets

Première publication 14 avril 2013 à 16h20
Près de huit Canadiens sur dix inquiets
Crédit photo : Archives Agence QMI
Par Daniel Proussalidis | Agence QMI

Près de huit Canadiens sur dix s'inquiètent du terrorisme domestique, selon un sondage exclusif réalisé par la firme Abacus pour le compte de l'Agence QMI.

Cependant, un peu plus du quart des personnes interrogées s'attaqueraient à ce «problème majeur» caractérisé par le phénomène de la radicalisation menant à la violence.

«Je ne crois pas que nous avons atteint le niveau de reconnaissance du problème que les Canadiens prétendent vraiment avoir, a déclaré le président-directeur général d'Abacus, David Coletto. Ceci étant dit, ceux qui suivent le dossier de plus près, qui le surveillent, qui lisent à ce sujet, sont plus préoccupés.»

Les résidents de la Colombie-Britannique sont les moins inquiets à ce sujet.

La plus forte inquiétude provient du Québec, où la question des accommodements raisonnables pour les minorités ethniques et religieuses fait souvent l'objet de débats.

«Il semble y avoir moins de tolérance collective pour la diversité (au Québec) et donc, davantage de préoccupations au sujet du radicalisme et du terrorisme domestique», a analysé M. Coletto.

Le plus récent cas de terrorisme domestique a impliqué au moins deux Canadiens de London, en Ontario, qui ont trouvé la mort lors d'une prise d'otages sur un site gazier en Algérie en janvier dernier.

Cette histoire au sujet de ces jeunes islamistes canadiens a fait les nouvelles internationales mais seulement 10% des Canadiens ont indiqué avoir suivi passionnément cette affaire, alors que 29% ont déclaré l'avoir suivi «d'assez près». Le quart des répondants ont indiqué qu'il n'en avait jamais entendu parler.

«Ce n'est pas un grand sujet de discussion autour de la table», a déclaré M. Coletto. Je pense que c'est aussi un sujet compliqué, l'un de ces sujets où nous n'avons pas vraiment de réponses.»

Néanmoins, M. Coletto ajoute qu'il y a suffisamment de personnes qui suivent les développements de cette affaire, que cela peut affecter la confiance concernant la capacité des autorités canadiennes à gérer le terrorisme domestique.

Ainsi, seulement 40% des répondants ont déclaré avoir très confiance dans la capacité de la GRC et du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) à faire face à ce problème. Seulement 26% ont indiqué qu'ils avaient une grande confiance à l'endroit du gouvernement fédéral à ce sujet.

Le sondage a été réalisé les 5 et 6 avril auprès de 1511 personnes. La marge d'erreur est de 2,6%, 19 fois sur 20.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.