Contrat de 700 mégawatts

L'Association canadienne de l'énergie éolienne inquiète

Première publication 23 avril 2013 à 18h34
TVA Nouvelles

L'Association canadienne de l'énergie éolienne se dit inquiète du silence du gouvernement Marois au sujet d'un appel d'offres de 700 mégawatts d'électricité attendu depuis l'été dernier.

Le domaine de l'énergie éolienne emploie 5000 travailleurs au Québec, dont la plupart se trouvent dans les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. Les maires de ces régions se sont d'ailleurs rendus à Québec aujourd'hui afin de mettre de la pression sur le gouvernement lors d'une conférence de presse.

Selon eux, si l'appel d'offres de 700 mégawatts qui a été promis par l'ancien gouvernement libéral n'est pas lancé bientôt, le carnet de commandes sera complètement vide dès juillet 2015.

(archives, Agence QMI)

«Il faut que ça se passe là parce qu'on entend dire qu'il y a des gens qui veulent retourner en ville parce qu'ils sont plus sûrs de leur emploi», s'inquiète Nicole Appleby, la mairesse de New Richmond.

Cette sortie médiatique semble avoir porté ses fruits. Rapidement, plusieurs ministres ont tenu à calmer le jeu. Leur message était clair : il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

«Moi si j'étais eux, j'aurais aucune crainte», rassure le ministre délégué au Tourisme Pascal Bérubé.

«On retarde un petit peu à faire des belles annonces, mais les annonces vont être, je crois, inégalées. On est dans les horizons du 700 mégawatts», explique Gaétan Lelièvre, ministre responsable de la Gaspésie.

La première ministre Pauline Marois se rendra en Gaspésie dans les prochaines semaines. Il est possible que le gouvernement profite de cette visite pour faire l'annonce tant attendue.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.