Régimes de retraite

Maltais consciente que des choix douloureux devront être faits

Première publication 14 août 2013 à 11h53
Par Geneviève Lajoie | Agence QMI

La ministre du Travail Agnès Maltais reconnaît que des choix douloureux devront être faits pour assurer la pérennité des régimes de retraite.

«C'est le constat sur lequel tout le monde est d'accord», a admis mercredi la ministre de l'Emploi, à l'entrée de la commission parlementaire chargée d'étudier le rapport du comité présidé par Alban D'Amours.

Mme Maltais s'est dite à la fois «très sensible à la capacité de payer des gens», mais également à l'importance d'«assurer les vieux jours des personnes». «La sécurité financière, c'est important», a-t-elle insisté.

La création d'une rente de longévité pour les personnes de 75 ans et plus, principale proposition contenue dans le rapport D'Amours, est vivement critiquée par le patronat, mais également par les syndicats.

La ministre Maltais n'a pas voulu se mouiller au sujet de la rente de longévité à l'aube des consultations qui se poursuivront jusqu'à la fin de la semaine prochaine en commission parlementaire.

La péquiste a tout de même tenu à signaler que le rapport D'Amour est la position d'un groupe d'experts, «ce n'est pas la position gouvernementale».

Son vis-à-vis libéral, le député et ex-ministre des Finances Raymond Bachand, s'est dit pour sa part plutôt favorable à la rente de longévité proposée par Alban D'Amours.
«C'est comme une Régie des rentes améliorée à partir de l'âge de 75 ans, c'est une bonne idée», a-t-il déclaré à l'entrée de la commission parlementaire. Selon lui, le Québec devrait toutefois prendre le temps de convaincre les autres provinces de participer afin que cette rente soit déployée dans un contexte canadien.

Le député d'Outremont est convaincu que la solution réside dans tous les cas dans un régime où les coûts sont partagés à 50-50 entre employeurs et travailleurs. «C'est l'équité, c'est le meilleur ticket modérateur, a dit M. Bachand. Quand vous payez 50% du coût de votre régime, vous vous mettez à réfléchir sur les bénéfices qui sont là.»

Raymond Bachand croit également qu'il faut examiner la possibilité de permettre aux municipalités d'imposer une solution s'il n'y a pas d'entente.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.