Nettoyage à Lac-Mégantic

La responsabilité de Québec, dit le ministre Lebel

Première publication 14 août 2013 à 12h47
Mise à jour : 14 août 2013 à 19h42
TVA Nouvelles

Selon les premières estimations, il en coûtera au moins 200 millions de dollars pour nettoyer la zone sinistrée à Lac-Mégantic et selon le lieutenant du premier ministre Stephen Harper au Québec, Denis Lebel, la charge revient au gouvernement provincial.

«On est partenaire du gouvernement du Québec là-dedans. C'est le gouvernement du Québec qui en a la responsabilité. On a déjà annoncé 60 millions $ en support au milieu, 25 millions $ via la Sécurité publique, ce sont des choses qui vont continuer. On va définitivement supporter le gouvernement du Québec», a indiqué le ministre Lebel.

Or, le gouvernement provincial s'attend plutôt à un juste partage de ces sommes faramineuses, a fait savoir le ministre responsable de la région de l'Estrie, Réjean Hébert.

«On verra avec le gouvernement fédéral lorsque la situation d'urgence sera passée et on va s'asseoir, comme on le fait actuellement, pour voir comment on peut acquitter la facture de la façon la plus équitable pour l'ensemble des citoyens», a-t-il fait valoir.

Autre son de cloche du côté de la Coalition avenir Québec (CAQ) qui estime que la majeure partie des coûts de nettoyage devrait être payée par le gouvernement fédéral, qui a failli à sa tâche d'inspection.

«Transports Canada ne s'est pas assurée que la MMA avait un montant d'assurance suffisant pour couvrir les dégâts. Donc, ils sont un peu responsables, ils ne peuvent pas s'en laver les mains», a lancé le chef de la CAQ, François Legault.

Pour le Parti libéral du Québec (PLQ), la facture devrait plutôt être divisée entre les gouvernements municipal, provincial et fédéral.

«Il faudra s'assurer collectivement les coûts de cette reconstruction, il n'y a aucun doute là-dessus, mais au-delà de ça, le moment est venu, d'après moi, de regarder la question du transport des matières dangereuses», a expliqué le chef, Philippe Couillard.

La Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMA), a fait un premier pas vers la faillite la semaine dernière en demandant la protection des tribunaux puisqu'elle avait une couverture d'assurances nettement insuffisante pour débourser les sommes nécessaires à la reconstruction de Lac-Mégantic.

L'Office des transports a annoncé hier la suspension du permis de l'entreprise ferroviaire à partir du 20 août, mais si la situation s'améliore, elle pourrait de nouveau opérer en sol canadien. MMA a également la possibilité d'en appeler de cette décision.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.