Le ministre Drainville et sa charte des valeurs

Pas de leçon à recevoir du Canada anglais!

Première publication 15 septembre 2013 à 14h32
Pas de leçon à recevoir du Canada anglais!
Crédit photo : archives, Agence QMI
Bernard Drainville lors de la présentation de la charte des valeurs québécoises
Agence QMI

Bernard Drainville estime que le Canada anglais ne devrait pas se mêler au débat sur la charte des valeurs québécoises qui a cours dans la province.

«On n'a vraiment pas de leçon, je pense, à recevoir du reste du Canada en matière d'accueil et d'intégration», a lancé le ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne du Québec, principal artisan de la charte, lors d'une entrevue à Radio-Canada.

«Quand j'entends certains des commentaires qu'on entend, j'ai le goût de dire, pouvez-vous baisser le ton et nous laisser le droit d'en débattre?» a poursuivi M. Drainville. Citant des sondages, le ministre estime qu'«il y a beaucoup de citoyens canadiens qui se posent la question également».

M. Drainville, qui fait face à un barrage de critiques depuis la présentation du projet, lundi dernier, a aussi affirmé qu'«il n'y a pas de calcul électoraliste» derrière la charte.

Si le récent départ de la députée Maria Mourani, du Bloc québécois, tend à démontrer qu'il y a de la dissension chez les souverainistes à propos de la charte - ce que le ministre reconnaît - il assure cependant que le Parti québécois est uni derrière le projet.

«Ce que j'observe est que le caucus est très uni, a-t-il soutenu. On a une cohésion exceptionnelle, (...) la première ministre a fait un travail extraordinaire.»

Quant aux avis juridiques et constitutionnels qui auraient été émis à l'encontre du projet, Bernard Drainville affirme que lui et son équipe ont «la conviction que le projet est constitutionnel».

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.