Commission spéciale sur le printemps 2012

Une bonne formation pour la police?

Première publication 24 octobre 2013 à 18h17
Une bonne formation pour la police?
Crédit photo : archives Agence QMI
Par Agnès Chapsal | Agence QMI

Un professeur de l'Université du Québec à Trois-Rivières s'est interrogé jeudi sur la pertinence de l'actuelle formation des policiers québécois, à la suite de la présentation de son étude mesurant leur niveau éthique, dans le cadre des travaux de la commission Ménard sur les événements du printemps 2012.

Marc Alain, professeur au département de psychoéducation, a présenté une étude menée sur 736 finissants québécois de l'École nationale de police à partir de 2001, et ce, sur les six premières années de leur carrière, pour mesurer leur niveau d'éthique.

Selon cette étude, une forte majorité des répondants (65%) opte pour «réserver l'usage des armes et de la force à une catégorie très réduite d'événements», contre 35% qui avouent «spontanément recourir à un usage des armes et de la force dans une variété de situations».

Cinq à six ans après leur sortie d'école, il s'opère «un glissement éthique» selon le professeur.

La majorité des répondants va ensuite opter pour la seconde réponse.

«Le maintien d'un certain nombre d'acquis ne se fait pas», a commenté le M. Alain. Pour comprendre ce changement, le professeur s'est penché sur la formation des policiers au cégep. Il a conclu que selon les établissements, certains finissants correspondaient au stéréotype de celui qui «arrête les bandits dans la rue» et d'autres à celui qui «aide son prochain».

«On forme encore les policiers comme des techniciens professionnels, a fait remarquer le Pr Alain. Or, le quotidien des interventions policières au XXe siècle est fait essentiellement de gestion de crise. Je me pose la question pour savoir si on a le bon parcours», s'est-il interrogé.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.