Commission Charbonneau

Le rapport «secret» de 2004 pourrait être en cause

Première publication 11 novembre 2012 à 20h22
Le rapport «secret» de 2004 pourrait être en cause
Crédit photo : archives Agence QMI
Agence QMI

Les audiences de la commission Charbonneau doivent reprendre lundi, après une semaine de pause. L'ex-ingénieur à la Ville de Montréal Luc Leclerc poursuivra son témoignage.

L'avocate Sonia Lebel va agir en tant que procureure-chef de la commission. Elle a été nommée mercredi pour remplacer Sylvain Lussier qui a démissionné le 16 à cause d'apparences de conflit d'intérêts.

Avec la révélation récente dans les médias de l'existence d'un rapport de 2004 sur le gonflement des soumissions de travaux publics à la Ville de Montréal, les témoignages pourraient surprendre devant la commission cette semaine.

«Le but même de la commission Charbonneau, c'est de connaître le stratagème qui a été utilisé pour la corruption ou pour les malversations. Si ce rapport a un lien, et c'est le cas, on va avoir plusieurs questions qui vont être posées à ce sujet, a expliqué l'avocate criminaliste Mia Manocchio. On se pose la question: comment on a fait pour faire cette corruption? Évidemment, possiblement en cachant des rapports ou des informations. C'est pour ça qu'on dit que certaines personnes ne sont pas au courant, peut-être parce qu'on cache des informations.»

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.