Coalition avenir Québec

La lutte au «gaspillage» rapportera 2,1 milliards $

Première publication 17 août 2012 à 13h01
Mise à jour : 17 août 2012 à 18h22
Par Jean-Luc Lavallée | Agence QMI

Pour financer ses ambitieux engagements électoraux de 3,7 milliards $ par an, d'ici cinq ans, François Legault fera payer les «plus riches» et mise sur son «grand ménage» de l'appareil gouvernemental qui rapportera 2,1 milliards $.

Ces économies d'échelle, qui résulteraient principalement du dégraissage de l'État et de l'abolition de 7000 postes de fonctionnaires, apparaissent dans le très attendu cadre financier de la CAQ qui a été dévoilé vendredi matin à la permanence du parti à Montréal.

La Coalition avenir Québec prévoit notamment réaliser des gains substantiels d'efficacité chez Hydro-Québec, à raison de 110 millions $ la première année, 440 millions $ l'année suivante et 600 millions $ par an pour les trois années subséquentes. Le budget de la société d'État s'élève actuellement à environ 12 milliards $.

La lutte au « gaspillage », à la collusion et la corruption, entraînerait aussi une réduction des dépenses dans différents ministères. La CAQ prévoit sauver des centaines de millions (320 millions $ en éducation et 570 millions $ en santé) en améliorant les processus d'appel d'offres pour la gestion des achats et des immobilisations.

L'abolition des agences de la santé (100 millions $), la révision à la baisse des honoraires des pharmaciens (250 millions $), la réforme du régime d'assurance-médicaments (250 millions $) permettraient aussi de remplir les coffres de l'État, selon la CAQ. «On va le faire de façon graduelle. Au fur et à mesure qu'on va avoir des économies, on va pouvoir donner des meilleurs services», a expliqué François Legault.

Impôts des «plus fortunés»

Les contribuables plus aisés seront également mis à contribution. La CAQ ira chercher plus de 500 millions dans leurs poches à chaque année en augmentant l'impôt sur les gains en capital (75% du gain sera imposable au lieu de 50%). Elle réduira aussi les crédits d'impôt sur les dividendes versés aux détenteurs d'action. Ces mesures excluent toutefois les gains réalisés sur la vente d'une résidence principale ainsi que les REER.

«On veut réduire le fardeau fiscal des familles de la classe moyenne», a insisté M. Legault, rappelant sa promesse de réductions d'impôts de 1000 $ par an par famille au terme d'un premier mandat de cinq ans. «Pour être capable de financer nos mesures, on demande un effort à tout le monde. Et on demande un effort entre autres à ceux qui sont un peu plus fortunés.»

Engagements de 3,7 milliards $

C'est donc ainsi qu'il entend financer ses promesses de 3,7 milliards. Outre les baisses d'impôts (1,8 milliard $) pour les familles qui ont un revenu de 100 000$ et moins, la CAQ a promis un médecin de famille pour tous (500 millions $), une heure de plus à l'école (290 millions $), l'augmentation du salaire des enseignants (410 millions $), le soutien aux élèves en difficulté (250 millions $), 100 millions $ pour les garderies, 100 millions $ pour la culture, 50 millions $ pour la langue et 36 millions $ pour l'agriculture.

«Ce qui me fait le plus plaisir dans ce budget-là et qui est à mon avis le plus spectaculaire, c'est qu'on va, sur cinq ans, augmenter le budget des écoles du Québec d'un milliard de dollars, en plus des coûts de système», a évoqué M. Legault.

«On a fait nos devoirs. Un gouvernement de la Coalition est prêt à prendre les commandes du Québec», a-t-il dit, ajoutant que ses engagements ne compromettent pas le retour au déficit zéro en 2013-2014. La CAQ rembourserait 13,2 milliards $ sur la dette dans un premier mandat, un «effort sans précédent » selon M. Legault, dont le cadre financier contient également des réserves pour éventualités de quelques centaines de millions « pour faire face aux imprévus».

Le financement de ses engagements repose aussi sur des «hypothèses crédibles au sujet de la croissance des revenus», a-t-il soutenu.

Endossé par Marcel Boyer

L'économiste Marcel Boyer a «endossé» le cadre financier de la CAQ. «C'est une garantie que le travail a été fait de façon rigoureuse», a affirmé le chef caquiste, louangeant ce «professeur émérite» qui est l'un des économistes «les plus réputés du Québec». François Legault assure que son indépendance n'a pas été affectée même si M. Boyer, dont le nom apparaît au registre des donateurs du DGE, a versé 400$ à son parti en 2011.

Réaction de Marois

La chef péquiste Pauline Marois, qui attendra après les débats télévisés pour déposer son propre cadre financier, a démoli celui de François Legault. Son plan est «irresponsable» et «irréaliste», a-t-elle exprimé en conférence de presse. «Il va abolir des centaines de postes dans la fonction publique (et) il joue dans les structures, il va bien falloir que quelqu'un fasse le travail. Je crois que ça ne tient pas la route. C'est de l'amateurisme à mon point de vue. Ce sont des propositions écrites sur un coin de table.»

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.