J'ai ma pelle à Québec

L'évènement leur amène de l'eau au moulin, croient les libéraux

Première publication 3 septembre 2012 à 22h19
Mise à jour : 3 septembre 2012 à 22h47
Par Régys Caron | Agence QMI

Les libéraux ont la conviction d'avoir remporté des votes lundi, à l'occasion de l'événement J'ai ma pelle, inaugurant la construction de l'amphithéâtre multifonctionnel à Québec.

«Il existe encore de nombreux électeurs indécis, a fait remarquer le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc. Ces électeurs peuvent être influencés par un événement particulier survenant dans les 48 heures précédant le jour du vote», a conjecturé le député libéral de Jean-Talon.

Survenant la veille du scrutin, l'événement tombait pile pour les libéraux, qui souhaitaient capitaliser aujourd'hui sur la contribution de quelque 200 millions de dollars promise par le gouvernement dans le construction de l'amphithéâtre.

Autographes

L'accueil réservé à Jean Charest ne laissait aucun doute quant à la reconnaissance des quelques milliers de personnes présentes. Le premier ministre, son épouse, Michelle Dionne, et quelques-uns de ses ministres ont signé des autographes, tandis que la chef péquiste, Pauline Marois, s'est fait servir des huées et des «vive le Canada!».

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a tenu à remercier le gouvernement libéral et les députés du Parti québécois pour leurs contributions respectives à l'avancement du projet de l'amphithéâtre. «On est en campagne électorale, je n'ai pas à vous dire pour qui voter, mais je veux remercier quelqu'un qui a ouvert son carnet de chèques pour notre projet et c'est Jean Charest», a proclamé M. Labeaume, soulevant des clameurs de la foule.

Des excuses

Saluant par la suite le rôle joué par le PQ de Pauline Marois dans la présentation du projet de loi 204, à l'Assemblée nationale, Régis Labeaume y est allé d'excuses bien senties. «Je m'excuse pour le trouble qu'on lui a causé», a dit M. Labeaume à l'endroit de Mme Marois .

Le projet de loi 204 a permis de mettre l'entente impliquant la Ville de Québec et Québecor sur la gestion de l'amphithéâtre à l'abri de toute contestation légale.

Quatre députés ont quitté le caucus péquiste et Pauline Marois a dû braver vents et marées pour refaire l'unité au sein de sa députation, quelques mois avant l'élection. Elle a eu droit lundi à un mélange d'applaudissements et de huées en réponse aux remerciements du maire Labeaume.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.