Défait dans Sherbrooke

Jean Charest démissionne

Première publication 5 septembre 2012 à 15h09
Mise à jour : 5 septembre 2012 à 18h22
Agence QMI et TVA Nouvelles

À lire également

Au lendemain de sa défaite dans la circonscription de Sherbrooke, le premier ministre du Québec, Jean Charest a annoncé sa démission mercredi après-midi à Québec, à l'issue d'une dernière réunion avec son Conseil des ministres.

(Reuters)

Après avoir passé 14 années comme député de Sherbrooke et comme chef du Parti libéral du Québec (PLQ), Jean Charest dit quitter avec sérénité le monde politique.

«Le temps est venu de tourner une page. Jamais la vie ne m'aura fait plus grand honneur que d'agir à titre de député de Sherbrooke, ce qui m'aura permis de devenir premier ministre.»

(Reuters)

Jean Charest devrait rester en poste durant la période de transition entre le gouvernement libéral qu'il a dirigé pendant neuf ans et le gouvernement du Parti québécois (PQ) minoritaire élu mardi.

Il a appelé le nouveau gouvernement qui lui succédera à «absolument poursuivre le Plan Nord» et à travailler pour «continuer de réduire la dette».

(Reuters)

Loin de la débâcle annoncée, le chef libéral a réussi à faire élire 50 députés libéraux, soit seulement quatre de moins que sa rivale péquiste, Pauline Marois.

«J'annonce mon départ sans aucun regret. Les résultats que nous avons obtenus hier ne sont pas à la hauteur de ce que nous aurions souhaité», a dit Jean Charest, soulignant que son parti était néanmoins parvenu à faire mentir les sondages.

Grand-père

Il s'est ensuite lancé dans une énumération rapide de ce qui le rend fier d'avoir été le premier ministre du Québec, notamment ses politiques en faveur des familles, de la santé, de la lutte contre le décrochage scolaire, ou encore de l'accès des femmes aux plus hautes fonctions de l'État.

(Journal de Québec)

Puis, solennel, il a tenu à remercier sa femme, Michèle Dionne et a dit voir un signe dans le fait qu'il va bientôt être grand-père. À ce moment-ci de son discours, Jean Charest a été submergé par l'émotion. Et il lui a fallu quelques secondes avant de conclure.

«Je rentre maintenant à la maison, et vous remercie de ce privilège de m'avoir permis d'être votre premier ministre», a conclu Jean Charest, après une déclaration d'environ 10 minutes.

(TVA Nouvelles)

Il est reparti seul par l'escalier du foyer de l'Assemblée nationale pour rejoindre ses proches, sans répondre aux questions des journalistes.

L'ex-premier ministre a été battu mardi dans sa circonscription de Sherbrooke par le candidat du Parti québécois Serge Cardin. Il était député de ce comté depuis 1998 (au provincial) et premier ministre du Québec depuis 2003.

(Journal de Québec)

Mardi soir, lors de son discours de défaite, M. Charest avait dit assumer «l'entière responsabilité du résultat», et avait laissé entendre qu'il n'était pas prêt à se retirer de la vie politique. «Je vous donne rendez-vous pour que nous puissions, ensemble, continuer ce travail», avait-il en effet lancé avant de quitter l'estrade. Il en a pourtant décidé autrement, avec l'assentiment «unanime» de sa famille politique.

Course à la chefferie

Néanmoins, la démission de Jean Charest force la tenue d'une course à la chefferie au PLQ. Des noms circulent déjà sur les successeurs potentiels, comme celui du ministre Pierre Moreau. Pour l'intérim d'ici à la désignation d'un nouveau chef libéral, les noms de Jean-Marc Fournier et de Raymond Bachand circulent.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.