CHSLD

Les patients «laissés à eux-mêmes»

Première publication 15 juillet 2011 à 06h46
Les patients «laissés à eux-mêmes»
Crédit photo : Éloïse Archambault
Lise Blanchard affirme avoir été témoin de dizaines de cas de maltraitance au CHSLD des Pommetiers.
Par Héloïse Archambault
Le Journal de Montréal
| Journal de Montréal

Les mauvais traitements subis par un patient au CHSLD des Pommetiers ne seraient pas exceptionnels. Lise Blanchard, dont la mère est décédée à cet endroit l'an dernier, dit avoir été témoin de dizaines de cas de maltraitance.

«C'est épouvantable tout ce que j'ai vu, dénonce Lise Blanchard. Les patients sont laissés à eux-mêmes.»

Mercredi, un autre cas présumé de maltraitance dans un Centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD) a été révélé, cette fois à Beloeil.

Grâce à une caméra cachée, Jacqueline Rioux a dénoncé publiquement les mauvais traitements subis par son mari. Des poursuites judiciaires contre le CHSLD et deux médecins ont été déposées.

«Quand j'ai appris la nouvelle, j'étais soulagée, dit Lise Blanchard. Ce n'est pas un cas exceptionnel, c'est la norme.»

Couchée par terre

Sa mère, Ernestine Blanchard, est entrée au CHSLD des Pommetiers en janvier 2010, à l'âge de 100 ans. Près d'un an après son décès, en août 2010, Lise Blanchard avoue qu'elle regrette d'avoir placé sa mère à cet endroit.

«Ça ne faisait pas deux heures qu'elle était là, et je voulais la sortir, se rappelle-telle. Je suis arrivée un matin, et elle était couchée sur un matelas de sol. Pour les employés, c'était la seule façon d'empêcher qu'elle tombe et se fasse mal.»

Plusieurs lacunes dans les soins

Délais interminables de réponse aux appels d'urgence, mauvais soins, manque de personnel: Lise Blanchard dénonce plusieurs problèmes majeurs.

«Ma mère était toujours assoiffée quand j'arrivais, elle pouvait boire quatre verres d'eau, raconte-t-elle. Il y avait sou-vent deux ou trois préposés pour vingt malades. Ça n'a aucun sens.»

Mauvaises conditions

Après trois mois, les enfants d'Ernestine Blanchard ont convenu d'embaucher une gériatre pour prendre soin d'elle lorsqu'ils ne pouvaient se rendre au CHSLD.

«C'était la seule manière que j'acceptais qu'elle reste là. Il fallait toujours nous en occuper, poursuit-elle. J'ai vu tellement de cas qui auraient dû être dénoncés. Ces gens-là auraient mérité d'être euthanasiés plutôt que de vivre dans ces conditions-là.»

Le CHSLD se défend

Du côté du Groupe Champlain, propriétaire du CHSLD des Pommetiers, la présidente-directrice générale Marie-Claude Ouellet nie le témoignage de Mme Blanchard.

«Nous donnons de bons services et on reçoit de bons commentaires, dit-elle. Nous avons ajusté le nombre d'employés au début, mais c'est réglé.»

Aujourd'hui, Lise Blanchard avoue qu'elle n'a jamais cessé de penser aux patients du CHSLD. «Ils veulent juste mourir en paix, et ils ont une fin de vie atroce.»

* * *

LE GROUPE CHAMPLAIN EN CHIFFRES

Fondé en 1966


14 établissements, dont quatre en Montérégie
1600 patients
C'est la plus importante organisation privée d'hébergement partenaire du réseau public au Québec.
SOURCE: GROUPE CHAMPLAIN

 

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.