Usine de RTA à Alma

L'injonction prolongée jusqu'au 2 avril

Première publication 10 janvier 2012 à 13h31
L'injonction prolongée jusqu'au 2 avril
Crédit photo : Agence QMI
Par Jean-Luc Doumont | Agence QMI

L'injonction accordée à Rio Tinto Alcan concernant l'usine d'Alma, en lock-out depuis le 1er janvier, a été renouvelée et durera jusqu'au 2 avril, a-t-on appris mardi.

Le 2 avril, un juge entendra de nouveau les syndicats et la direction de RTA.

Mardi matin, plusieurs membres, représentants et présidents des instances syndicales étaient présents dans la salle du palais de justice d'Alma.

Me Thierry Saliba, qui représentait les syndicats, a expliqué qu'il était contre un article de l'injonction qui spécifiait que les travailleurs présents sur le piquet de grève devaient «veiller à la paix, au bon ordre et à la tranquillité en tout temps sur ou aux abords du périmètre décrit et prendre les moyens nécessaires pour s'assurer du respect de l'ordonnance».

«Dans le contexte que les travailleurs ont le droit de manifester, je trouve ce paragraphe non applicable. Je n'ai jamais vu cela et pour le mettre à exécution, il faudrait que les travailleurs restent assis sur leurs chaises », a-t-il dit.

De son côté, Me François Côté, qui représentait RTA, a expliqué que le juge Carl Lachance, qui a émis l'ordonnance, l'avait selon ses dires «royalement brassée» durant deux heures avant de signer l'injonction la semaine dernière.

Le juge Gratien Duchesne est alors intervenu. «Ce paragraphe, c'est d'imposer un fardeau sur la tête des travailleurs», a-t-il expliqué.

Avec l'accord des deux parties, le paragraphe en question a été réduit à la phrase suivante : «Prendre les moyens nécessaires pour s'assurer du respect de l'ordonnance».

Selon Dominic Lemieux, représentant du Syndicat des Métallos, le 2 avril représente une échéance trop lointaine.

«Dans les circonstances, il faut comprendre que le juge a préféré déléguer le dossier à un juge de Québec. Notre calendrier prévoyait le 5 mars pour pouvoir plaider contre l'injonction et contre interroger les gens de la compagnie», a-t-il dit.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.