Abitibi-Témiscamingue

Retour au déficit au CSSS de la Vallée-de-l'Or

Première publication 27 novembre 2012 à 19h24
Retour au déficit au CSSS de la Vallée-de-l'Or
Par Guy Champoux | Agence QMI

Après avoir équilibré ses finances au cours de deux exercices consécutifs, le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Vallée-de-l'Or, en Abitibi-Témiscamingue, enregistrera un déficit de 3 millions $, à la fin de l'exercice qui se terminera le 31 mars.

Lors de l'entrée en service du nouveau directeur général, Stéphane Larouche, en août dernier, le budget du CSSSVO affichait déjà un manque à gagner de 1,3 million $.

Il y a plusieurs raisons qui expliquent cette situation, selon Renée Labonne, adjointe à la direction générale au Centre de santé et de services sociaux de la Vallée-de-l'Or.

«C'est dû, entre autres choses, à l'augmentation des heures travaillées ainsi qu'à la hausse des frais de médicaments, a-t-il expliqué. Il ne faut pas oublier aussi que, tout comme les autres établissements du Québec, nous devons composer avec des coupures au niveau de notre budget de fonctionnement, en regard de la loi 100 du MSSS. Pour notre établissement, ça totalise 1 million $.»

La direction du CSSSVD a donc demandé aux différents directeurs de services de procéder à une rationalisation de leurs budgets, dans le but d'élaborer un plan d'action efficace.

«Chaque direction a analysé ses façons de faire afin de réaliser des économies tout en ne touchant pas aux services à la population», a souligné Mme Labonne.

Mesures appliquées

Différentes mesures ont été mises en place à la suite du constat d'augmentation de la charge financière.

«On parle de l'optimisation de la gestion des stocks dans différents départements. Puisque la demande ne justifiait plus son ouverture, la buanderie de l'Hôpital de Val-d'Or est fermée les fins de semaine, a-t-elle précisé. Nous avons aussi procédé à une meilleure gestion des risques, au niveau de nos équipements informatiques et médicaux, ce qui se traduit par des frais moindres reliés aux contrats de service. Bien d'autres gestes ont également été posés un peu partout.»

Centre d'hébergement

Mme Labonne a ajouté que le manque de personnel n'est pas en cause. On ne peut donc pas imputer cette situation à une augmentation des congés de maladie, par exemple.

«Il y a des situations temporaires pour lesquelles nous avons dû ajouter du personnel, a-t-elle fait savoir. Ainsi, au Centre d'hébergement de Val-d'Or, nous avons ajouté des lits parce que plusieurs personnes âgées étaient en attente d'hébergement à l'Hôpital de Val-d'Or. Ces lits supplémentaires ont nécessité un ajout de personnel de soins.»

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.