Suicide de Rehtaeh Parsons

Lettre déchirante d'un père blessé

Première publication 13 avril 2013 à 08h53
Lettre déchirante d'un père blessé
Crédit photo : Gracieuseté
Rehtaeh Parsons et son père Glen Canning.
Par Glen Canning | Journal de Montréal

Ma fille avait trois ans lorsque je l'ai emmenée voir le film Babe, un cochon dans la ville. Il y a un passage dans le film où Babe renverse un bocal à poisson. Le poisson tombe sur le plancher et se met à s'agiter. À ce moment-là, Rae s'est mise debout sur sa chaise et a commencé à crier pour que quelqu'un aide le poisson. J'essayais de la rassurer en lui disant que Babe allait l'aider (Dieu merci, il l'a fait) et que le poisson s'en tirerait.

C'était la nature de ma fille Rehtaeh. Elle a été comme ça toute sa vie. On ne pouvait pas aller prendre une marche dans Halifax sans qu'elle me demande de donner de la monnaie à une personne dans le besoin. Elle était toujours prête à aider une personne, ou un animal. Elle a déjà appelé le service de contrôle des animaux parce que les voisins avaient laissé leur chien à l'extérieur trop longtemps. Sa chambre et sa vie étaient toujours pleines de petites créatures.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.