Suicide

Un dernier adieu à Rehtaeh Parsons

Première publication 13 avril 2013 à 10h01
Mise à jour : 13 avril 2013 à 15h24
Agence QMI

Les obsèques de Rehtaeh Parsons, cette adolescente victime d'intimidation qui est décédée dimanche à la suite d'une tentative de suicide, ont eu lieu samedi avant-midi à Halifax, en Nouvelle-Écosse, en présence du premier ministre de la province, Darell Dexter, de la famille et des proches de la jeune fille.

La tragique histoire de la jeune Rehtaeh, 17 ans, a touché les gens à travers le monde. Une poignée de graines de la fleur vivace myosotis - Forget-Me-Not en anglais (ne m'oublie pas) - a été offerte à chacune des personnes présentes aux funérailles. Des fleurs seront plantées ce printemps en mémoire de la jeune fille.

Selon les parents de la victime, Rehtaeh se serait enlevé la vie à la suite d'un viol collectif, survenu alors qu'elle était âgée de 15 ans, en novembre 2011. Des photos de cette agression avaient ensuite circulé sur le web, et la jeune femme avait été harcelée sur les réseaux sociaux.

Elle s'était battue pendant plusieurs mois pour passer outre cet incident avant de s'enlever la vie. Une photo de Rehtaeh décorait le programme du service, accompagnée d'une citation de Martin Luther King Jr qu'elle avait publiée sur son Facebook quelques jours avant de mourir : «À la fin, nous ne nous souviendrons pas des mots de nos ennemis, mais du silence de nos amis».

Le père de la jeune fille est consolé à la sortie de l'église. (Crédit photo: Reuters)

Sa mort a suscité une onde de douleur et de colère sur les médias sociaux et a poussé la GRC ainsi que la police d'Halifax à rouvrir l'enquête sur le cas des quatre garçons, les présumés agresseurs. Cette nouvelle est finalement parvenue vendredi, trop tard pour donner de l'espoir à Rehtaeh.

Samedi, la famille de la jeune fille sanglotait alors que le corbillard s'éloignait avec ses cendres. Une pluie froide tombait et la complainte d'un joueur de cornemuse était l'unique son audible alors que ses proches s'embrassaient sur le trottoir devant l'église.

(Crédit photo: Reuters)

Le révérend John Morrell, chargé de l'office, a mentionné qu'il y avait trop d'histoires semblables. «Ce n'est pas un incident isolé, a-t-il dit. Dans notre société, ça fait uniquement 200 ans que les femmes ne sont plus traitées comme des objets et des possessions. Nous avons encore un long chemin à parcourir avant d'atteindre la notion de l'égalité.»

Angella Parsons, la cousine de Rehtaeh, a pris la parole au nom de la famille.

«Nous serons éternellement reconnaissants pour l'important rassemblement des amis et étrangers que l'histoire de Rae a touché, s'est exprimé Angella. Nous avons reçu de nombreux actes de générosité de la part de personnes que nous ne connaissons même pas. Ce support a été bouleversant. Une vraie démonstration de la beauté de l'humanité.»

Rehtaeh Parsons (Crédit photo: Gracieuseté)

Le premier ministre Darrell Dexter a lui aussi pris la parole. Il s'est montré reconnaissant que personne ne se soit fait justice. «La violence n'est pas la réponse aux questions qui émergent d'histoires comme celle-ci», a-t-il dit.

Les dons en la mémoire de Rehtaeh Parsons peuvent être faits à l'organisme East Coast German Shepherd Rescue, à la SPCA ainsi qu'à l'organisation Laing House, pour les jeunes souffrant de maladie mentale.
Réouverture de l'enquête

L'enquête policière, qui a duré près d'un an, avait été classée sans suite, «faute de preuves suffisantes». Vendredi, une pétition en ligne demandant en substance la réouverture de l'enquête avait réussi à recueillir plus de 113 000 signatures.

La Gendarmerie royale du Canada et la police d'Halifax ont d'ailleurs annoncé vendredi qu'ils relançaient l'enquête sur le viol présumé de la fille de 17 ans, en affirmant avoir reçu de «nouveaux renseignements crédibles».

«Quelqu'un a communiqué avec la police pour nous donner de l'information qu'on a jugée crédible, a affirmé le constable Pierre Bourdages de la police d'Halifax. La personne s'est dite prête à collaborer et nous avons décidé de rouvrir l'enquête.»

Le premier ministre Darrell Dexter a salué cette décision dans un communiqué publié vendredi.

«Les Néo-Écossais seront encouragés de savoir que quelqu'un a fourni de l'information crédible, permettant ainsi à la police de rouvrir l'enquête, a dit le premier ministre. J'implore toute personne qui peut détenir de l'information de la partager.»

Les pirates informatiques du groupe Anonymous avaient indiqué jeudi qu'ils étaient parvenus à identifier deux des quatre violeurs présumés et avaient menacé de dévoiler publiquement leur identité si la police ne faisait pas son travail. «Cela nous a pris seulement quelques heures pour identifier les garçons ayant attaqué Rehtaeh et ce n'était pas une opération de haute technologie», ont déclaré les pirates informatiques, dénonçant «l'incompétence» des enquêteurs concernés.

Le premier ministre Stephen Harper a déclaré que cette tragédie le «rendait malade» et que le terme «intimidation» n'était pas assez fort dans ce cas. Darrell Dexter a déclaré que «le gouvernement fera tout son possible afin qu'aucune autre famille n'ait à vivre une telle tragédie».

La jeune Rehtaeh a été débranchée dimanche du respirateur artificiel qui la maintenait en vie depuis sa tentative de suicide.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.