Côte-Nord

Fin du blocus au chantier de la rivière Romaine

Première publication 15 novembre 2012 à 14h55
Mise à jour : 15 novembre 2012 à 20h15
Agence QMI

La barricade érigée mardi matin à l'entrée du chantier hydroélectrique de la rivière Romaine a été démantelée mercredi soir, après une intervention de la députée locale, Lorraine Richard, et du ministre responsable de la région de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec, Alexandre Cloutier.

L'Association des gens d'affaires de la Minganie a accepté de donner du temps au nouveau gouvernement, mais a affirmé qu'elle demeurera vigilante.

Alexandre Cloutier a rencontré les manifestants et les chefs autochtones au site de la barricade, mercredi soir. Il a promis une rencontre des intervenants locaux avec la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet.

Il a affirmé devant une centaine de manifestants qu'il avait bien entendu la revendication première, qui veut que le quartier général et les 110 emplois d'Hydro-Québec pour l'opération des quatre centrales hydroélectriques en construction soient basés à Havre-Saint-Pierre, sur la Côte-Nord.

«Mon cœur innu est profondément en peine, mais les guerriers n'abandonnent jamais. Pour l'instant, je donne le bénéfice du doute au gouvernement nouvellement en poste. Si leurs déclarations n'aboutissent pas, je serai en mesure de réagir pour leur faire part de leur mauvaise foi. Je vais dormir avec un œil ouvert», a déclaré un des instigateurs du blocus, l'entrepreneur autochtone Joël Malec.

Le blocus aura duré une quarantaine d'heures. «Notre gouvernement est à l'écoute des préoccupations des communautés locales. Je suis heureux que la bonne foi mutuelle des différents intervenants ait amené les parties à entrevoir un futur positif et porteur pour la région. Notre attitude d'ouverture marque une nette transition avec celle de confrontation du précédent gouvernement. Elle est la clé du règlement pacifique de ce blocus», a soutenu le ministre Cloutier.


 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.