Menacé d'expulsion

José Pereira pourra rester au Canada

Première publication 8 août 2012 à 16h34
José Pereira pourra rester au Canada
Crédit photo : Agence QMI
José Pereira en compagnie de sa conjointe.
Agence QMI

Un homme d'origine portugaise, qui réside au Québec depuis plus de 32 ans, mais qui était menacé d'expulsion pourra rester au pays.

José Pereira, de Saint-Roch-de-Richelieu, en Montérégie, pourra retrouver son statut de résident permanent, a confirmé mercredi Citoyenneté et Immigration Canada.

«Le Ministère a examiné à nouveau le dossier de M. Pereira et a découvert une erreur. Pour cette raison, le statut de résident permanent de M. Pereira sera restitué. Nous sommes désolés des inconvénients que cette situation peut avoir causé à M. Pereira et sa famille», a écrit par courriel Julie Lafortune, conseillère en communications pour ce ministère.

Traité comme un criminel

Marié à une Québécoise, père de quatre enfants et propriétaire de sa propre entreprise, José Pereira devait quitter le pays au plus tard le 10 septembre.

«On me traite comme un criminel. Mon seul crime est d'avoir fait confiance à des fonctionnaires qui me disaient que mon dossier était correct. Je ne réalise même pas ce qui m'arrive», avait confié l'homme de 59 ans, mardi, avant de connaître le changement de cap de Citoyenneté et Immigration Canada

M. Pereira s'était rendu en 2009 au Portugal pour rendre visite à son père malade alors que sa carte de résident permanent n'était plus valide. Il avait alors demandé à l'ambassade du Canada à Paris d'obtenir un document de voyage pour résident permanent.

On lui avait envoyé plusieurs avis écrits, dont le dernier qu'il avait ignoré, croyant que son statut avait été rétabli à son retour au Canada.

En 2012, en se rendant à sa cérémonie d'assermentation pour devenir citoyen canadien, M. Pereira a affirmé qu'on lui avait demandé de s'en aller en raison de son «statut irrégulier». Au mois de juin, il avait reçu alors une lettre du ministère de l'Immigration l'informant qu'il n'était plus admissible au statut de résident permanent puisqu'il aurait travaillé au Canada illégalement.

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.