Unité permanente anticorruption

Perquisitions chez le maire de Laval

Première publication 4 octobre 2012 à 16h07
Mise à jour : 4 octobre 2012 à 23h00
Par Andrew McIntosh | Agence QMI

Des équipes d'agents de la Sûreté du Québec (SQ) ont perquisitionné jeudi après-midi le domicile du maire de Laval, Gilles Vaillancourt ainsi que dans ses bureaux à l'hôtel de ville, dans le cadre d'une enquête criminelle majeure.

Des policiers de l'Escouade Marteau, de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), se sont présentés vers 16h à la résidence du maire, au 4673, croissant des Îles, à Laval, et dans ses bureaux municipaux du boulevard du Souvenir. Ils ont aussi effectué une perquisition dans les bureaux administratifs de la Ville, boulevard Chomedey.

La résidence du maire Vaillancourt (Agence QMI)

Leurs recherches devaient se poursuivre durant les heures suivantes.


(Agence QMI)

Selon des sources confidentielles qui se sont confiées à l'Agence QMI, les policiers enquêtent sur l'octroi de plusieurs contrats importants par la Ville de Laval.

Une cinquantaine de policiers ont participé aux perquisitions. M. Vaillancourt n'était pas présent à l'hôtel de ville ni à sa résidence lors de l'opération. Il participait à une activité reliée à ses fonctions.

Les employés de l'hôtel de ville ont dû quitter leurs bureaux pendant que les agents effectuaient leurs recherches.


(Agence QMI)

Des voisins impressionnés mais pas surpris

Plusieurs des voisins des huit résidences du croissant des Îles sont sortis de leur domicile pour regarder l'opération policière. Ils se sont dits impressionnés par le déploiement policier mais pas surpris que le maire Vaillancourt y soit mêlé.

«Avec tout ce qu'on lit dans les journaux... y'a rien qui surprend», a dit un des résidants du croissant.

«C'est à peu près temps, nous attendions ça depuis un bon moment», a dit un autre.


Le maire de Laval, Gilles Vaillancourt (Archives Agence QMI)

Des voisins avaient cependant une toute autre opinion du maire. «Il n'a jamais dérangé personne, il est toujours gentil», a dit un autre résidant.

Deux autres personnes ont évoqué «une personne correcte et un bon voisin». «J'ai toujours pensé que c'était un homme honnête», a dit Catherine, l'une des deux.

Micheline Charbonneau, une résidante de Laval et membre du parti du maire Vaillancourt, le PRO des Lavallois, est venue devant la résidence du maire pour se porter à sa défense. «Je suis choquée, c'est pas correct ce qu'on fait à cet homme-là», a-t-elle dit. Elle a précisé que le maire ira s'expliquer aux citoyens de Laval «quand ce sera le temps».


(Agence QMI)

Un travailleur de la construction qui effectuait en après-midi des travaux dans le voisinage n'a pas mâché ses mots au sujet du maire Vaillancourt. «Que le ménage commence», a-t-il souligné, ajoutant que sa compagnie ne décrochait que très peu de contrats à Laval.

Il a raconté qu'un jour, alors qu'il venait de tailler des branches d'arbre dans le cadre de travaux d'émondage, le maire a réagi avec colère. Il a pointé du doigt le travailleur en lui disant : «À Laval, c'est moi le boss, ti-gars, ok?»

Andrew McIntosh est le chef des enquêtes journalistiques à l'Agence QMI. On peut le joindre à andrew.mcintosh@agenceqmi.ca ou au 514-290-0922.

En vidéo

 
 
 
Accueil | Actualité | International | Sport | Argent | Vidéo
Questions, réactions ou problèmes techniques ? Contactez-nous.